Ne pas tomber malade au Pérou, c’est possible!

28

5 conseils à suivre pour ne pas tomber malade au Pérou

Voyager au Pérou peut être épuisant: manque d’oxygène dû à l’altitude, niveau d’hygiène moins élevé que celui auquel notre corps est habitué, eau non potable, variations climatiques importantes, bref les conditions pour tomber malade lors d’un voyage au Pérou sont bien réelles. Pourtant, c’est loin d’être une fatalité, à vous de prendre les précautions nécessaires pour profiter au maximum de votre séjour.

Voici  5 conseils qui vous éviteront de tomber malade au Pérou, car il vaut mieux prévenir que guérir!

1. Attention à l’eau du robinet

Prenez le temps de demander aux locaux si l’eau est potable où vous êtes car parfois l’eau peut être très mal filtrée. Si vous (à comprendre: votre estomac) n’êtes pas habitué à voyager dans des pays aux normes différentes que celle de l’Europe ou de l’Amérique du Nord,  je recommande de prioriser vraiment les bouteilles d’eau qui sont vendues à bas prix au Pérou ou du moins, faire bouillir l’eau que vous consommez. Entre l’eau et le niveau d’hygiène, il faut laisser une chance à son système de s’adapter.

Une autre très bonne solution est une paille filtrante de type lifestraw, vous pourrez ensuite boire l’eau ou vous le souhaitez, que ce soit au robinet ou dans une rivière!

La meilleure, c’est celle-ci car très peu encombrante

2. Choisissez où vous mangez

Au Pérou, les restaurants ne manquent pas. Si vous êtes comme moi, en voyage, vous avez envie de goûter à tout! Il faut cependant faire attention au restaurant qu’on choisit, car on risque de terminer la soirée avec un aller direct aux toilettes. Évitez donc les stands dans la rue (si c’est cuit, ou bouilli ça va), les restaurants qui ont l’air trop miteux (même si ça fait d’excellentes anecdotes à raconter) et les buffets. Si vous avez envie de goûter un bon ceviche, suivez ce que votre intuition vous dit à propos de la salubrité des lieux, qui est forcément en lien avec la fraîcheur des aliments.

Logiquement, allez y avec la solidité de votre estomac: si vous êtes un voyageur habitué aux destinations “exotiques” vous pouvez vous permettre davantage d’explorer les restos locaux. Si vous voyagez avec des enfants, des personnes âgées ou si le Pérou est une de vos premières destinations hors Europe/Amérique du Nord, mieux vaut y aller plus progressivement.

3. Lavez vous les mains fréquemment

On voyage, donc on touche des bibelots, on prend un bus, on ouvre des portes, on serre la main de gens rencontrés, bref nos sont en contact avec plein de choses. Tout le monde le sait, la base pour ne pas tomber malade, c’est de se laver les mains régulièrement. Personnellement, j’apporte toujours une petite bouteille de savon et une petite serviette en voyage d’abord car le Pérou est un pays assez poussièreux de façon générale, mais aussi car on trouve très rarement du savon dans les toilettes. Vous serez donc bien content de les avoir à portée de main.

Sinon, il y a bien sûr des solutions désinfectantes comme le Purell. De mon côté je préfère les éviter car en plus d’assécher la peau, le Purell tue les bactéries mais n’enlèvera pas la saleté. Mais s’il n’y a pas d’eau à portée…

voyage perou maladie

4. Ménagez votre corps en altitude

Le soroche ou le mal aigu des montagnes est traitre car on n’y croit pas vraiment avant de l’avoir vécu.

voyage perou soroche

On arrive à Arequipa (2335m) ou, pire, à Puno (3827m) ou Cusco (3400m), on se met à gambader les rues et paf, mal de crâne et parfois même, nausées. Le corps est tout simplement en train de réagir au manque d’oxygène. Ce n’est rien de grave (sauf dans quelques rares cas) mais il faut donner le temps à son corps de s’adapter à l’altitude. Comment? On mange léger, on évite de fumer et de boire de l’alcool, on s’hydrate le plus possible, et surtout on ne fait aucune activité physique exigeante. Vous pouvez également prendre du mate de coca (du thé) qui est proposé un peu partout. À lire également: 10 trucs pour éviter le soroche 

Personnellement, je vis toujours très mal l’altitude, avec un bon 24h plutôt intense d’adaptation, et donc je n’ai jamais eu l’impression que les feuilles de coca m’aidaient particulièrement, mais paraît-il qu’il contribue à atténuer les effets néfastes.

Organisez votre itinéraire de façon à vous laisser du temps d’adaptation chaque fois que vous montez en altitude en passant d’une ville à l’autre. Bien sûr, si vous prenez l’avion directement de Lima à Arequipa, vous risquez de sentir davantage l’altitude qu’en y allant progressivement en autobus. Donnez vous toujours au moins journée de repos avant de partir en excursion (ex: trek du Chemin Inca). Vous pourrez ainsi profiter pleinement de votre voyage au Pérou.

Tout le monde ne subit pas le soroche de la même façon. Beaucoup de gens ne ressentent même aucun effet. Cependant, ne surestimez pas la capacité de votre corps à s’adapter. Il est impossible de prévoir vos symptômes puisque le soroche n’a pas de lien avec la condition physique (même si être en forme aide toujours en voyage!).

5. Vaccins et médicaments

Côté vaccin, tout bon voyageur devrait être à jour, particulièrement lorsqu’il prévoit un séjour dans un pays en voie de développement. Pour le Pérou, aucun vaccin n’est obligatoire. Par contre, les vaccins recommandés sont ceux contre la diphtérie, le tétanos, la polio, l’hépatite A et B.

Si vous allez en Amazonie (pour les autres régions, ce n’est pas nécessaire), assurez vous de vous faire vacciner contre la fièvre jaune, et ce 10 jours avant votre séjour. J’insiste, ce vaccin est très important! À lire également: Malaria: prendre le médicament ou pas? 

Parfois, malgré toutes les précautions, on tombe quand même malade. Vous pouvez apporter un anti diarrhéique (ex: Imodium), un anti-nausée (ex: Gravol) et pourquoi pas des cachets pour soulager les malaises gastriques (ex: Pepto Bismol).

Vous pourrez également facilement vous en procurer en pharmacie et avec un grand avantage: l’achat par unité! En effet, au Pérou, on peut généralement acheter les médicaments par unité, donc vous n’achetez que la quantité dont vous avez besoin: pas de gaspillage d’argent et fini les médicaments périmés à la maison.

6. Extra: attention à l’insolation!

J’ai vu beaucoup trop de voyageurs et d’amis souffrir d’insolation après avoir négligé la puissance du soleil au Pérou. J’ai moi-même été indisposée quelques fois puisque j’ai agi avec ma propre “logique nord-américaine” selon laquelle on peut facilement marcher ou même s’étendre au soleil quelques heures. Et voilà l’erreur: on est ici beaucoup plus proche de l’Équateur que l’Europe et l’Amérique, le soleil tape FORT peu importe où l’on est.

  • En altitude, c’est encore pire car à 3000-4000m (ex: Cusco, Titicaca) on est forcément plus exposé qu’au niveau de la mer. Mais même sur la côte, particulièrement au nord du Pérou, il faut faire très attention!
  • Ne croyez jamais que parce qu’il y a des nuages, le soleil n’est pas là (à Lima en hiver, par exemple) 😉

Vous verrez bien que les gens ne marchent pas au soleil, ils sont toujours du côté de l’ombre (quand par chance il y en a), ce n’est pas pour rien! Évitez donc de marcher trop du côté du soleil, mettez vous généreusement de la crème solaire, hydratez-vous bien et portez une casquette ou un chapeau. Je sais bien que ça peut paraître exagéré, mais une journée entière perdue au lit pour récupérer en voyage, c’est plutôt frustrant!

Faut-il une assurance pour voyager au Pérou? 

Je vais être sincère, je suis une voyageuse très peu responsable. Dans le but d’économiser, pendant très longtemps j’ai voyagé et vécu sans assurance au Pérou. Mais à force de bien connaître le pays, de voir plusieurs personnes de mon entourage se faire voler (oui, malheureusement c’est assez courant et les Péruviens sont tout autant ciblés que les touristes) et des voyageurs tomber sérieusement malades, j’ai décidé à mes 30 ans, d’arrêter de jouer avec le feu.

Bien sûr, j’espère ne jamais devoir l’utiliser et je serai toujours aussi têtue pour n’aller en clinique que si je n’ai plus aucun choix devant moi, mais j’ai au moins la conscience tranquille.

Vous partez en voyage au Pérou?

Comme vous le savez, il est extrêmement important de s’assurer avant de partir en voyage. A l’étranger, un petit problème peut très vite se transformer en une grosse galère, avec des conséquences irréversibles en terme de santé et/ou d’argent!

Il est donc très important de choisir une assurance voyage réactive, disponible 24h/24, avec de bonnes garanties et un tarif abordable.

Je vous recommande donc de lire notre comparatif d’assurances voyage pour le Pérou, vous y trouverez également des codes promos pour bénéficier des meilleurs tarifs.

Guides de voyage du Pérou

Vous partez au Pérou? À lire également

Les meilleurs circuits au Pérou – Notre sélection des meilleurs circuits pour un voyage de rêve sans se ruiner!

Envie de partager sur Pinterest? Voici l’image à pinner!

voyage perou vaccins
Flickr Krheesy
Ne pas tomber malade au Pérou, c’est possible!
4.6 (91.11%) 18 votes

Fondatrice et éditrice du magazine Voyage Perou, je suis une grande amoureuse de l’Amérique latine que j’explore avec émerveillement, stylo et caméra à la main. Ma motivation? Réunir le maximum d’information, de bons plans et de conseils pratiques pour vous encourager à partir vous aussi à l’aventure!

Discussion28 commentaires

  1. Merci pour ces conseils, qui me seront probablement bien utile d’ici quelques mois 😉 Concernant les restos de rue, je les conseille au contraire en Asie car du fait du “rendement” important, je trouvais les plats plus frais qu’ailleurs. D’autant qu’effectivement, il mijote toute la journée. Pour les choisir, je m’arrêter devant celui qui avait la file d’attente la plus longue, et où femmes et enfants étaient légions! Au plaisir de continuer à vous lire 🙂
    Lily recently posted..La force des rencontres en voyage

    • Quand il y a des gens, c’est que c’est bon! Enfin si je peux comparer avec ma petite expérience en Asie, j’ai l’impression qu’au Pérou il y a beaucoup moins de stands de bouffe salée/repas. C’est surtout des desserts, grignotines et oui, quelques bouchées salées mais pas forcément de quoi se faire un repas.
      Leslie recently posted..Ne pas tomber malade au Pérou, c’est possible!

      • Michèle Chabbert

        Il faut aller au “mercado central”(à midi seulement) : il y a toujours un secteur réservé à des dames qui ont cuisiné chez elles et arrivent avec leur marmite.C’est une cuisine pas chère et assez typique, l’équivalent d’un repas ouvrier…et là ,la nourriture est préparée du matin et sera terminée le jour même.
        Pour le soir,on peut manger dans la rue des “anticuchos”, des brochettes(à condition d’aimer les abats car ils sont de foie ou de coeur)

  2. Ton titre m’a bien fait rire.
    J’ai déjà été bien malade en altitude.
    J’étais un peu naïf, je suis passé à 4000 mètres beaucoup trop vite.
    Je pense que c’est bien de rester plusieurs jours vers 3000m avant de passer à léchelon supérieur. Le corpsa de formidables capacités d’adaptation mais il ne faut pas trop le brusquer.
    Le vaccin contre l’hépatite A c’est pas mal pour le Pérou. En revanche, je crois que pour l’hépatite B, il faut bien demander conseil à son médecin.
    [email protected] Tour Du Monde recently posted..SAO PAOLO : PAS TRES CONVAINCU

  3. Etant donné que je vais m’envoler pour le Brésil dans un mois, je prends note de tous ces conseils! Pour l’eau du robinet, j’hésite à m’acheter un purificateur d’eau parce que ça me plait moyen de consommer X bouteilles d’eau jetables niveau écologie… T’en penses quoi? En tout cas je note pour l’histoire de pas se laver les dents avec l’eau du robinet!

    Pis je vais passer à la pharmacie pour faire le stock d’anti diarrhéique / nausée et tout! D’ailleurs, petite question est ce que t’as un centre de vaccination à recommander sur Montréal? Parce que là je suis un peu perdue sur les vaccins qu’il faut que je fasse et si j’ai le temps vu que le départ est dans un mois!

    • c’est vrai qu’un purificateur d’eau ça peut être bien, vu la consommation de bouteilles. À moins que t’en prennes des grandes pour limiter les déchets mais encore là. Mais pour le Brésil je n’ai aucune idée si l’eau est potable ou pas. Mais l’anti diarrhéique ça vaut la peine quand même d’en apporter, ça ne prend pas de place.
      Pour les vaccins, j’ai l’habitude d’aller à la Clinique du Voyageur sur Papineau, un peu au sud de St-Joseph. Après il y en a d’autres bien sûr. Je te souhaite un bon trip 😉
      Leslie recently posted..Top 50 des meilleurs restos de San Pellegrino 2013

  4. Jusque là, la seule fois où j’ai eu un problème en voyageant c’était en Thaïlande: mon copain était malade et j’étais tellement occupée à le faire boire et lui faire prendre ses médicaments que j’ai oublié de boire et j’ai finit déshydratée (c’est vraiment bête quand on y pense!). En général, en plus des conseils que tu as déjà donné je m’arrange pour avoir un stock de médicaments au cas où ils ne seraient pas dispo dans le pays de destination. On sait jamais, quand on a un traitement à prendre en permanence il ne vaut mieux pas prendre de risque d’être à court 🙂
    Lucie recently posted..Une ballade à Hertford…quelque part en Angleterre

  5. Article très informatif, merci. Ici au Nord du Pérou, on nous dit que l’eau est potable, mais nous préférons quand même le bouillir tous les soirs pour avoir notre ration pour le lendemain.

    Par contre, dans les restaus, on mange aussi de la salade, et on n’a jamais eu un problème… De toutes les manières je me dis que les restaurateurs lavent les salades avec la même eau que moi (qui n’est pas bouilli pour laver les salades), donc qu’est-ce qui peut nous arriver ? (Partant bien sûr du principe, que la salade a été lavée 🙂 )
    Voyage Nord du Perou recently posted..Sarcophages de Karajia

    • Si on extrapole et qu’on est un peu parano, les risques vont de la simple tourista à une petite hépatite A (sans parler de la leptospirose ou d’amibiase) 😉

  6. Super article qui nous sera aussi utile dans quelques mois 🙂
    Pour l’eau, les solutions type Steripen ou Lifestraw, c’est suffisant ou il vaut quand même mieux s’orienter vers l’eau en bouteille? Je dis ca parce qu’on avait vraiment envie de limiter au maximum nos déchets pendant le voyage, surtout que j’ai cru comprendre que le recyclage en Amérique du Sud était pas toujours au top.
    En tout cas, merci pour les conseils 🙂

  7. Bonjour,
    Nous nous apprêtons à partir au Perou et notre fille à une allergie très sévère à la cacahuète. En Europe et Amérique du Nord elle peut sans problème manger des plats cuisinés à l’huile d’arachide car elle est bien raffinée mais quid là bas? Y a-t-il vraiment de la cacahuète dans tous les plats et l’huile d’arachide est-elle fiable????

    • C’est une très bonne question mais je ne suis pas en mesure de répondre avec exactitude.
      Si bien il n’y a pas des cacahuètes dans tous les plats, loin de là, comme on entend pas du tout parler de cette allergie ici, les gens ne sont pas conscientisés sur le sujet. Je vous recommande d’éviter les stands de rue, les petits restos locaux, et aller uniquement dans les restaurants qui semblent plus “touristiques” donc qui sont en contact avec des voyageurs et connaissent l’allergie.

  8. Bonjour,
    Est il possible de consommer exclusivement de l’eau du robinet dans les grandes villes telles que Lima en utilisant un filtre lifestraw ? Ou vaut il mieux n’utiliser ce filtre que dans des rivières etc..?

    • Bonjour Agathe,
      Lifestraw est un très bon filtre qui permet de boire une eau à la base contaminée donc oui, que ce soit en campagne ou en ville, ça doit fonctionner! Mais sinon en ville utilisez simplement une bouilloire, tout le monde en a au Pérou et c’est réglé 🙂

Laisser un commentaire

CommentLuv badge