Éviter le soroche: 10 trucs faciles

4

Soroche: Tout savoir sur le mal des montagnes

Qu’est ce que le soroche, ou mal aigu des montagnes (MAM)?

C’est un symptôme ressenti par certaines personnes, dû à une montée trop rapide en altitude, où l’oxygène se fait plus rare. À titre d’ exemple, à 5500m d’altitude, on trouve la moitié moins d’oxygène qu’au niveau de la mer. De façon générale, le corps peut commencer à ressentir les effets à partir de 2300m.

Quels sont les effets du soroche?

Les symptômes peuvent être des vomissements, nausées, fatigue soudaine, sentiment de manque d’oxygène, gros maux de tête et saignements de nez.

Dans des cas plus rares, il peut aller jusqu’à causer un oedème cérébral ou pulmonaire. Si vous souffrez d’une maladie des poumons, du coeur ou autre condition, il est très important de consulter votre médecin avant le voyage.

Est-ce que tout le monde le ressent?

Non. Certaines personnes ne ressentent rien ou une simple fatigue, d’autres le vivent plus difficilement.

Tout dépend de la sensibilité de la personne, de sa condition physique ou encore de la rapidité de l’ascension. Si la personne ne fume pas, pratique un sport régulièrement, ne présente pas de surpoids, cela aide, mais rien n’est garanti. Quelqu’un qui est très en forme peut tout aussi bien souffrir du mal des montagnes. C’est du cas par cas.

Comment éviter le soroche?

On ne peut pas complètement éviter les effets, mais on peut les limiter en prenant quelques précautions. Voici 10 trucs à suivre pour faciliter l’acclimatation en altitude:

1. À votre arrivée en altitude, prenez une journée de repos, voire deux jours pour donner le temps au corps de s’acclimater. N’hésitez pas à prendre une petite sieste, marcher lentement et prendre les pauses nécessaires durant la journée. N’entreprenez jamais un trek dès la première journée!

Soyez sans crainte, si vous partez au Pérou avec une agence, les circuits sont toujours établis afin de vous donner assez de temps pour vous acclimater, avec des activités exigeant peu d’effort physique les premiers jours. 

2. Apportez des médicaments contre le mal de tête de type analgésique. Par exemple l’aspirine, le paracétamol ou l’ibuprofène sont les plus communs et peuvent s’acheter sans prescription.

3. Avant et pendant votre séjour en altitude, hydratez-vous le plus possible même si vous n’en sentez pas le besoin. Votre corps a tendance à faire de la rétention d’eau en altitude, ce qui provoque des maux de tête.

4, N’hésitez pas à boire le maté de coca (infusion) qui vous sera proposé à l’hôtel. La coca a un effet stimulant léger, aide à combattre la faim, la soif, la douleur et la fatigue. Cela vous aidera donc à moins ressentir les effets de l’altitude. Vous pourrez aussi en acheter au marché ou au supermarché. Attention, ne pensez pas qu’en buvant ou mâchant de la feuille de coca vous consommez de la cocaïne. Certes la cocaïne provient de la feuille de coca mais devient une drogue après de longs procédés et suite à de nombreux mélanges chimiques. Pas de peur à avoir et c’est totalement légal.

5. Il existe des pilules contre le mal aigu des montagnes : le diamox. Cependant, il peut y avoir des contres indications si vous êtes allergiques à certains composants ainsi que des effets secondaires. Consultez votre médecin avant de les acheter.

6. Évitez l’activité physique les premiers jours. Comme votre corps est en réadaptation en raison de l’altitude, lui demander des efforts supplémentaires ne serait pas raisonnable.

7. Évitez de consommer de l’alcool les premiers jours. Le corps prend plus de temps à fonctionner en raison du manque d’oxygène. Boire de l’alcool ne ferait que rajouter des complications au bon fonctionnement de l’organisme.

8. Mangez léger et sainement pour faciliter la digestion. 

9. Évitez de fumer. Vos poumons éprouvant des difficultés à trouver de l’oxygène, fumer aggraverait la situation.

10. Si vous éprouvez des difficultés à respirer, vous pourrez trouver des petites bouteilles d’oxygène un peu partout dans les pharmacies de Cusco. Elles sont faciles à transporter grâce à leur format. Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de votre hôtel qui pourra sûrement vous fournir une bonbonne d’oxygène.

Conseils extra:

  • Si le temps vous le permet, privilégiez le bus à l’avion afin de monter doucement en altitude. En avion, vous atterrirez directement à de fortes hauteurs et votre corps n’aura pas eu le temps de faire la transition.
  • En cas de persistance des symptômes, redescendez de 500m-1000m, vous vous sentirez mieux.

Ces quelques conseils vous aideront à prévenir et combattre les effets du soroche. Il faut savoir qu’au final peu de personnes en souffrent réellement. Ne partez pas avec trop d’appréhensions, et profitez au mieux des beaux paysages d’altitude!

Guides de voyage du Pérou

Vous partez en voyage au Pérou? À lire également

Les meilleurs circuits au Pérou – Notre sélection des meilleurs circuits pour un voyage de rêve sans se ruiner!

Vous partez en voyage au Pérou?

Comme vous le savez, il est extrêmement important de s’assurer avant de partir en voyage. A l’étranger, un petit problème peut très vite se transformer en une grosse galère, avec des conséquences irréversibles en terme de santé et/ou d’argent!

Il est donc très important de choisir une assurance voyage réactive, disponible 24h/24, avec de bonnes garanties et un tarif abordable.

Je vous recommande donc de lire notre comparatif d’assurances voyage pour le Pérou, vous y trouverez également des codes promos pour bénéficier des meilleurs tarifs.

Vous utilisez Pinterest? Voici la photo à pinner!

eviter soroche perou

Avez-vous souffert du soroche lors de votre voyage au Pérou? Qu’avez-vous fait pour l’éviter?

Éviter le soroche: 10 trucs faciles
4.7 (93.61%) 166 votes

Grande amoureuse de l'Amérique latine, Géraldine a découvert plusieurs pays de la région avec son sac à dos. Elle a d'ailleurs eu un coup de coeur pour le Pérou, où elle a posé ses affaires durant 2 ans.

Discussion4 commentaires

  1. Le mal d’altitude est très complexe. Pendant 16 ans, j’ai accompagné 6.000 touristes dans les Andes et j’ai vu de tout. Un problème est souvent l’automédication avec des médicaments tels que le Diamox, à prendre avec d’immenses précautions, ne jamais dépasser les doses et surtout sous avis médical pour ses effets secondaires comme la baisse de potassium, problèmes rénaux et surtout déshydratation (pas bon en altitude…) , j’en ai emmené plusieurs à l’hopital…
    Les analgésiques ne sont pas toujours efficaces et pas si anodins qu’ils en ont l’air, il y a toujours des effets secondaires notamment digestifs.
    Au Pérou, il existe depuis 3 ans un produit naturel super efficace à base de coca, muña, gingembre et guarana, sans effets secondaires ni contre-indications: ALTIVITAL, soulage les principaux symptômes: mal de tête, nausées, vomissements, problèmes digestifs, difficultés pour respirer et fatigue. Aujourd’hui des personnes l’utilisent pour ses étonnant effets pour soulager la migraine.
    Un dernier conseil pour l’oxygène. Les hôtels et guides ne doivent pas (en théorie) en donner plus de 3 mn, seul un médecin pourra recommander un prise plus longue. Un cas m’est arrivé il y a quelques mois, un touriste pourtant infirmier de profession, avait du mal à respirer depuis 2 jours et prenait de l’oxygène à tous moments. Puis nous avons fait venir un médecin qui a constaté qu’il avait un taux d’oxygène très élevé… En fait, cette personne souffrait d’hypertension et l’altitude lui provoquait de la tachycardie (accélération cardiaque), un des symptômes du mal d’altitude, lui faisant penser à un manque d’oxygène pour ses difficultés à respirer. Sa prise d’oxygène lui aggravait son cas au lieu de le soulager.
    Comme vous le préciser, peu de personnes sont vraiment affectées, par ocntre tout le monde sentira de légers symptômes, donc ne pas s’affoler, ça passe, il faut laisser au corps un temps d’adaptation, plus ou moins long en fonction de chaque personne et suivre les quelques conseils plus haut.

    • Bonjour Herve
      Merci pour cette info et pour le partage d’expérience. Effectivement, ce n’est pas tout le monde qui peut prendre du Diamox, c’est mon cas. Mais je regarderai pour l’Altivital la prochaine fois que je serai à Cusco, ça me permettra j’espère d’attenuer les symptômes qui sont très forts dans mon cas 🙂

  2. De bons conseils à appliquer. Attention au Diamox, j’ai lu il n’y a pas longtemps dans une publication médicale que ce n’était pas plus efficace que le paracétamol…
    À ajouter à la liste, le café ! A éviter si on ne veut pas se déshydrater davantage 😉

    Le plus efficace reste l’acclimatation progressive 🙂
    Tim recently posted..Il était une fois le lac Titicaca

  3. Altivital
    Ce sont les meilleures capsules naturelles, elles contiennent des feuilles de coca à oxygéner, les feuilles de muña idéales pour les maux d’estomac, du gingembre pour les maux de tête
    nausées, vomissements,
    le guarana et la caféine pour la fatigue et les migraines.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge