La Malaria (paludisme) à Puerto Maldonado

3

Malaria: Prendre le médicament ou pas?

D’abord, Malarone coûte un bras. Plutôt deux bras et une tête. Mais quand il s’agit d’une maladie exotique dont on connaît peu de choses en tant que voyageur, on préfère généralement ne pas prendre de risque inutile. Et on paie. Ça, les compagnies pharmaceutiques le savent et en sont bien contentes.

La veille de mon départ vers Puerto Maldonado, je suis à Lima, regardant la boîte de Malarone entre mes mains. Je dois prendre la première pilule, jour 1 avant le départ, comme prescrit. Mais en lisant les effets secondaires sur internet, il y a de quoi franchement hésiter (et même, semi-paniquer): nausée, mal de ventre, mal de dos, mal de tête, indigestion, constipation, toux, diarrhée, étourdissements, sensibilité accrue au soleil, et j’en passe. Génial.

Quels sont les effets concrets? 11 témoignages

Sachant que plusieurs de mes amis Facebook sont des voyageurs – et ont donc probablement eu l’occasion de prendre le Malarone – j’ai décidé de lancer un appel à témoignage, question de décortiquer le vrai du faux.

La question posée: avez-vous déjà pris du Malarone et quels ont été les effets?

–  » Pleins d’effets, mais à essayer avant de partir. Certains tolèrent, d’autres pas. Mon plus gros effet, c’était des rêves vraiment bizarres, mais c’est plutôt un effet sympathique. Sinon, la peau est plus sensible au soleil aussi. »

-« Quand je suis partie au Burkina Faso, toutes celles qui prenaient Malarone ont eu la Malaria…! Mais la résistance des moustiques varient selon les régions… Je ne peux rien dire pour les effets secondaires… »

– » Je lai utilisé quand je suis allée en Asie et je n’ai eu aucun effet secondaire!  »

-« Oui, pour Haiti, j’ai arrêté après 1 mois. J’avais un voile blanc devant les yeux. Bad ! Moustiquaire, longs vêtements et Deet, y’a que ca de bon ! « 

-« J’ai pris autant Chloroquine que Malarone est dans les deux cas je me suis bien porté… j’avoue m’être posé la question concernant les effets secondaires, mais je préférais être protégé. »

– » J’ai pris la Malarone que tu prends une fois par jour, une semaine avant, pendant et une semaine après, pour la même destination alors que pour Puerto Maldonado en fin de compte, ce n’est pas du tout nécessaire (ce n’est pas encore la jungle profonde) et si je l’avais su avant, cela m’aurait évité 3 jours couchée sans bouger, le ventre en vrac, la tête qui tourne, à me vider de toutes parts (glamour). On a failli rentrer en France en urgence tellement je souffrais… Mais mon copain et nos amis n’ont rien eu du tout. C’est du cas par cas ! »

-« Je l’ai pris l’année passée 1 jour avant, chaque jour et 1 semaine après. Je te conseille de les prendre le matin pour éviter les fameux cauchemars. De mon côté, je n’ai eu aucun symptômes. P.S. Je viens de prendre ma prescription pour la Bolivie haha »

– » Moi j’en ai déjà pris pour la Bolivie et le Pérou et je n’ai eu aucun effets secondaires ! Et je n’ai pas eu non plus la malaria « 

– » Je n’ai jamais rien eu comme effet. Et il est moins pire que les deux autres options. »

-« Alors pour que tu saches moi je n’ai jamais pris de traitement et je suis toujours en vie…. Ce qui est important c’est le vaccin fièvre jaune ».

-« Je n’aime pas ce médicament qui coûte un bras et provoque bien souvent des effets secondaires très gênants! En voyage mon copain l’a pris et au bout de deux jours il avait fièvre et une grosse boule au niveau de l’aine; après l’avoir arrêté les effets se sont estompés et disparus… Le plus important c’est de bien se protéger des moustiques, de se couvrir à la fraîche (matin et tombé de la nuit) , prendre une moustiquaire traitée. surtout si on est en période ou en zone humide. »

Donc, ça dépend vraiment des gens. Je n’étais pas très avancée.

Est-il vraiment nécessaire de prendre Malarone pour un séjour dans la région de Puerto Maldonado/ le Tambopata?

Effets secondaires ou pas, la vraie question était plutôt de savoir si la malaria était réellement présente dans la région de Puerto Maldonado.

Avec si peu d’information précise sur internet et sans compter que le médecin à la clinique du voyageur à Montréal ne connaissait clairement rien sur la présence de la malaria dans la région, j’étais persuadée que je devais prendre le Malarone sans hésiter.

Une fois arrivée à Refugio Amazonas dans la région du Tambopata, que je découvrais en compagnie de membres de Rainforest Alliance,  j’ai enfin posé la question:

Est-ce qu’il y a vraiment de la malaria dans la région? Non, ça fait à peu près 10 ans qu’on a pas vu de cas dans la région. Le problème, c’est que les agences disent toujours aux voyageurs qu’il faut prendre un anti-malaria et nous, on ne veut pas les contredire, parce que si par malheur il arrive quelque chose, c’est une grosse responsabilité à assumer.

 

voyage perou jungle malaria

En résumé

Voyageurs, à vous donc de prendre votre décision, plus éclairée je l’espère, grâce à ses informations. Ce qui est sûr par contre, c’est qu’il faut se faire vacciner contre la fièvre jaune et s’appliquer du chasse-moustiques car dernièrement il y a eu des cas de dengue. En effet, durant mon séjour, j’ai connu 2 personnes vivant sur place qui l’ont eu. Une fois attrapé, on ne peut qu’attendre que les effets passent après plusieurs jours, c’est à dire rester cloué au lit avec de terribles douleurs musculaires et aucune énergie. Vivre ça sur un voyage de 4-5 jours d’excursions, ça serait plutôt dommage!

La Malaria (paludisme) à Puerto Maldonado
5 (100%) 2 votes

Fondatrice et éditrice du magazine Voyage Perou, je suis une grande amoureuse de l’Amérique latine que j’explore avec émerveillement, stylo et caméra à la main. Ma motivation? Réunir le maximum d’information, de bons plans et de conseils pratiques pour vous encourager à partir vous aussi à l’aventure!

Discussion3 commentaires

  1. Merci pour ton article.
    Pour les voyageurs français je vous conseille d’aller dans un Centre du Voyageur International (CVI) près de chez vous pour n’importe quel voyage « à risque ».
    Les médecins sont au courant de toutes les dernières épidémies et vous conseille vraiment sur les vaccins/traitements à prendre ou ne pas prendre (contrairement aux médecins généralistes, qui généralement vous font la totale sans qu’il n’y ait forcément besoin). En plus on peut se faire vacciner tout de suite ! (Attention cependant, la consultation n’est pas toujours remboursée par la sécu).

    • Oui bien sûr, il faut aller à une clinique du voyageur, de toute façon d’après mon expérience même les infirmières/médecins le conseillent car ils n’ont pas forcément les outils pour connaître ces maladies. 🙂
      Mais encore là, si je prends mon cas personnel de la malaria, à la clinique du voyageur où j’ai été, selon la référence qu’elle avait, la malaria était hyper présente dans le Tambopata, alors qu’une fois sur place, tout le monde m’a dit que ça faisait une dizaine d’années qu’il n’y en avait plus (et je parle des gens dans le tourisme donc qui n’auraient pris aucun risque avec les voyageurs). Les médicaments sont une grosse machine à cash, malheureusement.

  2. Bonjour, personnellement je n’ai jamais pris aucun traitement quand je suis allé au Pérou ni a Madagascar et en afrique.
    Le Pérou j’y suis resté un mois et aucun vaccin ( fièvre jaune et tout ce qu’il faut soi-disant s’injecter ou prendre avant pdt et après…) je suis anti-vaccin et il faut savoir qu’aujourd’hui beaucoup de médecins sont contre ( j’invente rien )
    Pour moi, c’est au cas par cas, je ne dis pas ‘Ne vous vacciné pas’ mais simplement que certaines personnes pourrais effectivement tomber malade durant leurs séjours et c’est là que l’industrie pharmaceutique arrivent avec sa propagande et son armée de vaccin !
    J’a dormi dans la forêt amazonienne et j’ai pas arrêté de me faire piquer, résultat : zéro symptômes et je suis en très bonne santé.

Laisser un commentaire