J’ai testé à Lima: le City Tour Panoramico

5

Un tour de ville de Lima alternatif

Après avoir été impressionnée par la visite du 2e plus grand cimetière au monde, je suis de retour sur la route avec Edwin de Haku Tours, une agence responsable qui réinvestit 70% de ses profits dans des projets sociaux. Au programme: un tour de ville de Lima différent, alternatif.

En chemin, mon ventre gargouille.

“Est-ce que tu as pris ton petit déj’?”

“Non, et toi?”

“Non, j’ai pas eu le temps”

On s’arrête dans un stand pour prendre un mini sandwich à l’omelette. Tout simple, mais savoureux, il me paraît délicieux. Ou serait-ce ma faim démesurée qui parle?

On repart en direction du Cerro San Cristobal, pour commencer la journée avec une vue panoramique sur Lima. La montée est longue, j’ai du mal à croire que durant la Semaine Sainte les gens montent à pied ou à genoux tout le chemin jusqu’à la croix qui trône au dessus de la colline!

 

Puis on arrive au sommet. Heureusement, aujourd’hui le ciel est dégagé et la vue impressionnante. C’est la première fois que je me rends vraiment compte de l’étendue de Lima, de sa concentration de population, de sa sécheresse aussi. Edwin me pointe nos prochains arrêts comme sur une maquette: cementerio del Angel, le quartier chinois, la Plaza de Armas, Plaza San Martin…

voyage perou lima

Et comme à Lima il faut être le plus stratégique possible côté trafic – il peut être assez impressionnant!- on ne s’attarde pas trop. On arrive au Cementerio del Angel, à Barrios Altos, un cimetière plutôt populaire où reposent également quelques célébrités comme Chabuca Granda. À l’entrée, des femmes vendent des fleurs et certaines viennent carrément à la voiture pour convaincre l’acheteur potentiel. Je suis un peu surprise, mais je préfère encore un lieu de recueillement “vivant” qu’une sorte de jardin sans âme comme on en retrouve trop souvent chez nous- sans mauvais jeu de mots. On découvre le cimetière en marchant à travers ses grands murs blancs qui accueillent des niches. Dans certaines, les fleurs sont belles et vives, dans d’autres, totalement fanées.

voyage perou cimetiere lima

voyage perou lima cimetiere

Un monsieur d’un certain âge joue de la guitare devant une niche et quelques membres de la famille du défunt. On s’arrête pour l’écouter. Lorsqu’il termine, il vient vers nous pour nous proposer une petite chanson.  Je suis fascinée par le personnage et sa courtoisie d’une autre époque, d’un monde que je n’ai pas connu. “La prochaine fois, maestro” dit Edwin en souriant. On s’éloigne après une brève conversation.  Je suis un peu triste de quitter les lieux, paisibles et fascinants, pour partir vers le centre historique de Lima, qui promet une toute autre dynamique, clairement plus chaotique.

On passe devant la Plaza de Armas. Edwin me pointe un passant et me dit: tu vois, lui, tous les jours il passe par ici, il s’appelle Marco et il cire les souliers un peu plus loin. En remarquant mon air surpris il ajoute:  “on veut donner des explications plus sociales, moins axées sur les dates et l’histoire. Après tout pour comprendre un pays, il faut comprendre les locaux. C’est pourquoi on aime parler des vendeurs de rue et de leurs conditions par exemple. En plus, ça permet d’éviter d’avoir un discours répétitif et d’avoir un guide qui s’amuse en cherchant toujours des nouvelles informations”. Excellent point, quoi de plus ennuyeux et même irritant que d’avoir l’impression qu’un guide lit un texte?

On entre dans un stationnement. Une voiture recule, l’autre avance. Ici, il faut jouer à Tetris sous la supervision des employés pour réussir à entrer correctement dans l’unique espace libre. Déjà que je n’aime pas me stationner à Montréal, où en bonne ville nord-américaine il y a probablement plus d’espace que dans 90% des villes du monde entier…à Lima, je deviendrais hystérique. Pour le bien de tous, j’éviterai de conduire ici.

On se promène à travers le brouhaha des rues, pour se rendre non loin de là, au mercado central, un immense marché qui occupe tout un pâté de maisons. Ici, on trouve de tout: de la viande, du poisson, de la lingerie, des jouets, des animaux, des livres et j’en passe. C’est un gros bordel, immense et fascinant, avec des articles vraiment abordables et forcément, pas du tout touristique. On arrive devant les petits stands de bouffe bons et pas chers qui ouvrent l’appétit.

 

voyage perou marche lima

voyage perou lima mercado central

Mais pour cette fois-ci,  on passera tout droit pour se diriger plutôt vers le Barrio Chino. Le quartier chinois de Lima est le 4e plus grand centre d’immigration chinoise en Amérique. Les Liméens aiment venir ici pour manger du chifa, la cuisine fusion sino-péruvienne, à bon prix. D’ailleurs, il suffit d’observer les passants et l’ambiance pour se rendre compte que le quartier chinois de Lima est à l’image du chifa: une fusion. C’est cette fusion qui me surprendra et me fascinera toujours du Pérou. Le quartier chinois de Montréal, de Toronto ou de New York sont beaucoup plus “ancrés” dans la culture asiatique, qui se perçoit instantanément, ne serait-ce qu’avec les odeurs qui flottent dans l’air et les langues qui dominent les échanges dans la rue (mandarin, cantonais, vietnamien, etc.). De vraies petites bulles asiatiques. Pourtant, ici, outre les rappels chinois dans la décoration, on sent qu’on est avant tout dans une ville sud-américaine.

 

voyage perou calle capon

voyage perou lima quartier chinois

Sur la Calle Capon, on monte au 2e étage et on entre dans un resto. Je m’assois et j’observe les gens. Je souris en voyant les bouteilles d’Inca Kola sur pratiquement toutes les tables. Oui, on est bel et bien au Pérou.

voyage perou chifa

Infos pratiques

  • Agence: Haku Tours
  • Site web: www.hakutours.com
  • Tour: Lima’s Panoramic tour
  • Type de visite:  4 à 6 personnes
  • Prix:  50$USD/personne. 45$USD/personne pour deux personnes et plus.
  • Langue: espagnol et anglais. Français disponible, compter 10USD de plus par personne.

Cet article s’inscrit dans la série “J’ai testé“. J’ai donc été invitée par l’entreprise pour essayer cette prestation. Je tiens cependant à préciser que mes propos reflètent mon expérience telle que je l’ai vécue et n’ont été aucunement influencés par cette collaboration.

 Copyright photo d’entête: Martin Garcia

Où dormir à Lima?

Tout dépend du budget dont vous disposez pour l’hébergement, voici plusieurs propositions :

  • Flying Dog Hostel: pour les petits budgets, voici une auberge de jeunesse qui est non seulement situé dans un très bon emplacement, devant le Parque Kennedy, mais offre également un intéressant rapport qualité/prix et un bon accueil. À partir de seulement 10 euros en dortoir ou 30 euros la chambre!
  • Casa Andina Classic: un des meilleurs hôtels dans sa catégorie. C’est un hôtel moderne, récemment rénové, avec un très bon service, qui convient aussi bien aux couples qu’aux voyageurs d’affaire. De plus, il est situé en plein Miraflores à proximité de tout. Ses chambres tout confort sont à partir de 80 euros la nuit. 
  • Courtyard Lima Miraflores: très moderne et parfaitement situé à quelques pas du Parque Kennedy, le Marriott Courtyard est très bel hôtel haut de gamme. Les chambres sont confortables et très lumineuses avec de grandes baies vitrées. Sur place, salle de conférence, centre de fitness et un très joli café-restaurant (c’est d’ailleurs un de mes endroits préférés pour travailler avec mon laptop). Chambre à partir de 208 euros la nuit. 
J’ai testé à Lima: le City Tour Panoramico
5 (100%) 2 votes

Fondatrice et éditrice du magazine Voyage Perou, je suis une grande amoureuse de l’Amérique latine que j’explore avec émerveillement, stylo et caméra à la main. Ma motivation? Réunir le maximum d’information, de bons plans et de conseils pratiques pour vous encourager à partir vous aussi à l’aventure!

Discussion5 commentaires

  1. Quelle vue! Je n’aurai jamapis non plus pensé que Lima s’étendrait ainsi! C’est une ville qui même très ancré dans ses traditions a réussi le pari de s’ouvrir au monde avec une population de plus en plus cosmopolite non?

  2. Dans ces pays on retrouve souvent plein de corruption et un déséquilibre sociale clair et net, la pauvreté est un facteur principale à l’augmentation de la population, il n’ont rien a faire alors ils font des bébés, c’est malheureusement vrai.
    Dans tous les photos on ne voit aucun signe de gaieté ?
    PS: c’est moi je suis de retour 🙂

    • C’est vrai Esther que c’est un pays qui souffre de corruption et de disparité sociale comme -en réalité- la grande majorité des pays dans le monde. Mais on ne sent pas forcément de la tristesse non plus, il y a de tout. Et puis bon, il ne faut pas se fier aux photos pour mesurer le “bonheur” d’un peuple, à part chez les enfants, il est rare de voir des gens sourire tout seuls pour aucune raison 😉
      Leslie recently posted..Peru Natural: une application smartphone

      • C’est ce que malheureusement nous a apporter les informations et la télé en générale: Porter un jugement à travers une succession d’image souvent monter pour cibler et pour nous orienter vers un faux problème ! Et voilà que je tombe dans le même truc
        PS: il est rare de voir des gens sourire tout seuls pour aucune raison 😉 :sauf s’il ont pris de la drogue lol

Laisser un commentaire

CommentLuv badge