Venture TV: roadtrip en van au Chili

9

Le Chili, caméra à la main

Boris et Laetitia, de Neuchâtel, en Suisse, traversent le monde, caméras à la main. Elle, responsable des stages dans une école hôtelière, lui, journaliste-reporter pour une chaîne de télévision en Suisse, ils ont décidé ont décidé de quitter leur travail pour voyager. Ils avancent tranquillement au rythme de leurs envies et des contrats avec les chaînes de télévision. Ils découvrent donc de nouvelles régions du monde en faisant ce qu’ils aiment: le rêve de plusieurs! Mais comment font-ils? Voici leurs réponses à nos questions.

Comment a été créé Venture TV?

À la base, nous avions simplement décidé de faire des vidéos pour le fun. Ensuite, le projet a évolué quand une chaine de télévision a proposé d’acheter nos épisodes. Les choses ont continué d’évoluer et nous étions surpris (on n’avait pas prévu de faire tout ça). Des compagnies ont commencé à nous demander des vidéos en échange de service, et c’est comme ça que de notre petit projet vidéo personnel, nous avons créé Venture TV comme plateforme pour regrouper et partager tous les projets que nous réalisons.

Vous voyagez depuis 1 an. Quel est votre itinéraire?

En fait, nous n’avons pas d’itinéraire. Nous sommes partis en République Dominicaine il y a un an pour apprendre l’espagnol. Après, on a passé 3 mois aux Etats-Unis et au Canada avant de continuer le voyage au Mexique. Ce sont les seuls tickets d’avion que nous avons achetés en avance. Dès le Mexique, nous avons voyagé en bus sans vraiment avoir de plan.

Nous voyageons comme ça parce que ça nous donne plus de liberté (on déteste devoir se plier à un plan) et aussi parce que les contrats avec des compagnies locales sont parfois très inattendus. Tout d’un coup, quelqu’un peut nous demander des vidéos, on accepte un projet, et on se retrouve à rester au même endroit pendant un mois (ça nous est arrivé au Mexique… deux fois!). Un jour, le propriétaire d’un hôtel nous a proposé un contrat pour réaliser des vidéos après nous avoir entendu parler avec quelqu’un dans un restaurant! C’est important pour nous de ne pas avoir de plan trop précis afin de pouvoir toujours être prêt à saisir des nouvelles opportunités.

La seule contrainte que nous avons, c’est les dates de rendu de vidéo pour la télévision. Il nous est arrivé de refuser des contrats avec des compagnies locales parce que nous n’avions pas le temps : il fallait bientôt rendre des vidéos à la télévision.

En dehors de ça, nous avançons petit à petit, pas très rapidement, toujours au hasard. En arrivant au Chili, nous ne savions même pas ce que nous allions faire et ce que nous voulions visiter. Tout ce qu’on savait, c’est qu’on voulait aller jusqu’à Ushuaia. Tout le reste au milieu était un mystère. Nous roulons, et quand on voit un endroit sympa, on s’arrête. Nous n’avons qu’une carte et on s’arrête quand il y a un parc national ou un point d’intérêt. Si ça nous plait, on reste. Sinon, on reprend la route. Après l’Amérique du Sud, nous irons peut-être dans le Pacifique. Nous verrons comment s’organise la suite en fonction des contrats qu’on nous propose.

Vous filmez pour plusieurs chaînes de télé, mais vous faites également des échanges de service au cours de vos voyages. Est-ce que ça fonctionne bien au Chili?

Au Chili, nous filmons de nouveaux épisodes pour la télévision mais nous ne faisons pas d’échanges de service avec nos vidéos. Nous ne pouvons pas dire si ça fonctionne bien ou non parce que nous n’avons pas essayé de le faire. Depuis que nous sommes partis, nous avons travaillé avec des compagnies tous les mois de notre voyage. C’est génial et on est super heureux de le faire, mais pour une fois, nous voulions simplement voyager, faire un road trip!

Nous réalisons aussi une série de mini épisodes sur l’Amérique du Sud et c’est un projet personnel, on le fait juste pour s’amuser. On avait depuis pas mal de temps envie de réaliser un projet personnel, sans contraintes, juste pour nous. C’était l’occasion parfaite pour ça!

Pour le Chili, les épisodes à réaliser pour la télévision posent peu de contraintes car la date de rendu est prévue pour la fin de l’année. Si nous travaillons avec des locaux, cela implique de devoir s’arrêter et de passer du temps à un endroit. Ici, nous voulions vraiment voyager, bouger et découvrir ce pays qui est tellement grand!

Quels ont été vos coups de cœur au Chili?

De manière générale dans tous les pays que nous visitons, les coups de cœur sont les endroits qui ne sont pas très connus, que la plupart des gens ne mettent pas sur leur itinéraire. On déteste les « incontournables » et se retrouver au milieu de la foule pour voir un grand classique du pays.

Du coup, nos coups de cœur pour le moment sont :

Nevados de Chillan : un endroit génial pour aller marcher où on peut voir des trous de fumée (à cause du volcan), des sources d’eau chaude où on peut se baigner dans la nature et des pics enneigés, même en été.

Valle de Cochamo : une vallée accessible seulement à pied où on peut partir pendant plusieurs jours. On peut voir des toboggans naturels creusés dans la roche par des cascades (et oui, ils glissent vraiment bien). Toute la vallée ressemble au parc national de Yosemite, aux Etats-Unis. C’est un endroit très beau où on n’a croisé que deux touristes qui n’étaient pas Chiliens.

Parc Pumalin : un grand parc privé qui a été détruit par une éruption en 2008. Il a été ré aménagé et ouvert au public à nouveau. On peut voir des volcans, des glaciers et des centaines de dauphins jouent dans les vagues le long de la côte, on peut les voir depuis la plage.

Quel équipement utilisez-vous pour filmer?

Nous utilisons plusieurs types de caméra parce que nous filmons des projets très différents dans des milieux très différents. Pour la télévision, nous utilisons une caméra Canon XF100 avec microphone externe. Cela nous permet de faire des belles images mais surtout des interviews avec un son de bonne qualité.

Nous travaillons beaucoup avec des clubs de plongée, ainsi qu’avec un magazine de plongée. Pour filmer sous l’eau, nous utilisons un Canon G16 avec caisson étanche, une Go Pro avec un stabilisateur sous-marin (que nous avons construit à partir de vis et d’un manche à balai) et des lampes.

Pour filmer les pays que nous visitons de manière générale et surtout pour filmer des actions, nous utilisons un DJI Osmo. C’est une petite caméra montée sur un stabilisateur. C’est fou ce qu’un stabilisateur peut faire comme différence sur l’image!

voyage chili vallee cochamo

Et finalement, pour faire des plans généraux, nous utilisons un drone. Il est nouveau dans l’équipe! On en parlait depuis longtemps, on a beaucoup hésité et finalement on l’a acheté en décembre (cadeau de Noël de nous-mêmes à nous-mêmes).

Tout ce stock vaut forcément un bon montant. Est-ce que ça peut poser problème en voyage ?

Pour la logistique, c’est assez facile : tout ça rentre dans deux sacs à dos de taille moyenne (environ 25 litres) et nous en portons un chacun.

Pour la sécurité, ça n’a encore jamais posé trop de problème. Nous avons traversé l’Amérique du Nord au Sud avec tout ça et nous ne nous sommes jamais sentis en danger. Finalement, c’est peut-être moins dangereux qu’on pourrait l’imaginer. Je dirais que notre approche change en fonction de là où on se trouve :

En Amérique du Nord, au Chili et en Argentine : presque aucune précaution n’a été nécessaire. Nous n’avons jamais ressenti le moindre danger jusqu’à maintenant. Nous utilisons tout le temps notre équipement et nous n’appliquons pas vraiment de règle de sécurité.

En Amérique Centrale : jamais eu aucun problème, mais nous avons appliqué quelques règles de sécurité. On prenait les caméras les plus petites en ville pour rester discret et on les mettait dans un sac quand on ne les utilisait pas pour ne pas trop « s’afficher ». Quand on avait un doute sur un endroit, on ne prenait pas de risque et on sortait sans aucun matériel en reconnaissance pour juger si c’était dangereux ou non. On se fiait surtout à notre instinct. Si on se sentait à l’aise, on fonçait. Si on avait un mauvais pressentiment, on ne le faisait pas.

Vous avez loué un van pour voyager. C’est pour la sécurité, le sentiment de liberté ou une question de budget?

À la base, nous voulions acheter un van pour voyager dans toute l’Amérique du Sud. Malheureusement, un changement dans la loi qui a eu lieu quelques mois avant notre arrivée au Chili a rendu le processus plus compliqué. Nous avons donc décidé de louer à la place.

Voyager avec notre véhicule, c’était une question de liberté et de budget. Pour nous qui aimons aller là où les gens ne vont en général pas, voyager avec son propre véhicule, c’est beaucoup plus facile! Grâce au van, nous pouvons nous installer dans des endroits complètement perdus et loin de tout, boire un verre de vin face à l’océan en regardant passer des dauphins, dormir près de lacs où personne ne va… C’est la liberté totale!

voyage chili van
Laetitia, Boris et leur van

Pour le budget, c’est également un gros plus! Nous avons aménagé notre van alors il nous sert de maison, de garde-manger, de restaurant, de salle de spectacle!

D’ailleurs, de quel budget parle-t-on pour le Chili?

Finalement, pas autant qu’on pourrait le croire! Beaucoup de gens partent du principe que voyager avec son propre véhicule, c’est cher. La possibilité est donc éliminée d’office. Finalement, je pense qu’on peut voyager moins cher en ayant un véhicule. Notre location de van nous coûte 26 dollars par jour. Nous partageons les frais à deux. On arrive donc à une base de 13 dollars par personne et par jour.

Pour aménager le van, nous avons acheté un matelas, des coussins, des couvertures, une cuisinière a gaz, des boites de rangement et des chaises. Cela revient à un peu plus de 100 dollars au total (pour 4 mois de voyage, répartis entre nous deux).  À ça, il faut ajouter la nourriture. Nous cuisinons nous-mêmes la grand majorité du temps. Nos repas nous coûtent en moyenne entre 1 et 2 dollars par personne parce que nous achetons tout le moins cher possible dans les grandes surfaces. Avoir le van et de l’espace permet d’acheter en grande quantité là où c’est le moins cher.

Évidemment, il y a aussi l’essence. Au Chili, elle ne coûte pas trop cher (moins d’un dollar le litre).

Finalement, le logement! La plupart du temps, nous trouvons un joli endroit pour parquer le van (près d’un ruisseau, sur une plage, au bord d’un lac, etc.) et nous y passons la nuit. C’est donc totalement gratuit! Au Chili, c’est légal et largement pratiqué (à la fois par les Chiliens et par des touristes étrangers). Il faut juste faire attention à deux choses : qu’on ne soit pas sur un terrain privé et qu’il ne soit pas indiqué que stationner la nuit est interdit.

Nous utilisions parfois des campings, la plupart du temps pour recharger les batteries des caméras. Dans ce cas, la nuit nous coûte environ 5 dollars par personne. Pour nous, les activités sont pour ainsi dire toutes gratuites ou presque. Nous faisons surtout de la marche, du coup ça ne nous coûte rien (à part les frais d’entrée dans les parcs nationaux, quand on décide d’en visiter un).

Cochamo, Chili
Cochamo, Chili

Une fois tous ces frais mis ensemble, nous atteignons un budget de moins de 30 dollars par jour et par personne (et cela inclut l’occasionnel restaurant, un verre de temps en temps, la lessive, etc.).

Quelle sera votre prochaine destination?

Pour une fois, nous pouvons répondre à cette question! La prochaine destination est le parc national Queulat, au Chili. Ensuite, nous allons continuer notre route en passant par l’Argentine et alterner entre ces deux pays jusqu’à atteindre Ushuaia. Nous terminerons ce voyage entre l’Argentine et le Chili en avril (fin de la location du van). Après ça, nous ne savons pas trop. Peut-être visiter le Pérou et la Bolivie (on en a très envie)? Nous avons plusieurs contrats en préparation dans des pays situés dans la zone Pacifique, donc nous allons partir dans cette direction cette année, mais quand? Nous ne savons pas encore mais l’Amérique du Sud nous plait beaucoup et nous n’en n’avons pas encore fini avec elle! 🙂

Pour suivre les aventures de Venture TV

Toutes les photos sont la propriété intellectuelle de Venture TV

Vous partez au Chili? Ceci devrait vous intéresser

Venture TV: roadtrip en van au Chili
5 (100%) 4 votes

Fondatrice et éditrice du magazine Voyage Perou, je suis une grande amoureuse de l’Amérique latine que j’explore avec émerveillement, stylo et caméra à la main. Ma motivation? Réunir le maximum d’information, de bons plans et de conseils pratiques pour vous encourager à partir vous aussi à l’aventure!

Discussion9 commentaires

  1. Bonjour, nous sommes un couple qui allons faire un road trip en amerique du sud debut 2018. Nous aimerions savoir par quelle agence vous avez loué votre van?
    Merci pour votre reponse

    • Bonjour Celine,
      Je transmets leur réponse: c’est « Chilean Rent a Car » la compagnie! Elle est basée à Santiago et à Puerto Montt, ils ont que deux bureaux c’est une toute petite compagnie et ils sont vraiment bien!

  2. Bonjour, votre Blog est extremement bien fichu, clair, il va à l’essentiel! Bravo!
    j’ai la meme question que celine, nous sommes un couple avec deux garçons ( 7 et 13 ans) et nous prévoyons de faire un road trip au nord chili en juillet 2018. Nous aimerions savoir par quelle agence vous avez loué votre van? >En vous remerciant par avance.

    Bien a vous!

    Guillaume

    • Bonjour Guillaume!
      Merci, contente que le blog puisse aider ^^
      Alors j’avais déjà répondu justement au commentaire, j’avais transmis à Celine la réponse de Boris et Laetitia. Bon voyage!

  3. Bonjour,
    Nous sommes actuellement à la recherche d’un van, nous avons vu ce Chevrolet, modèle très répendu au Chili.
    Quel est le nom de ce modèle? Qu’en avez-vous pensé? Tiens -il toutes les routes non goudronnées?

    Merci de votre retour,

    Vincent

    • Bonjour Vincent,

      Il s’agit du Chevrolet N300 Max. Nous avons circulé sur toutes sortes de routes (goudrons, pistes, stabilisé au sel, etc) et nous n’avons pas rencontré de problèmes. Il est vraiment incroyable et passe partout sauf dans le sable.
      Il est basique donc peu de confort et beaucoup d’infiltration de poussière sur les routes non goudronnées. Prévoyez une petite balayette

  4. Bonjour à vous 2.

    Très utile cet article, merci ! Nous sommes sommes un couple qui voyageons depuis 3 ans au travers le monde. Nous sommes actuellement en Bolivie et pensons louer un van avec la meme compagnie que vous. Par contre, j’ai une question : j’ai vu dans les conditions générales qu’il faut une carte de crédit pour le dépôt de garantie. Or, nous n’avons que des cartes Visa classique de France, carte de débit. Comment avez vous fait ? Aviez vous une carte de crédit ? Merci d’avance pour votre réponse, c’est la seule chose qui nous bloque. Pauline.

Laisser un commentaire