Bolivie : le théâtre pour aider les enfants de la rue

0

Take off, un projet à suivre

 

De temps en temps, on fait des rencontres improbables qui sont marquantes. Il y a seulement quelques semaines, c’est à Montréal, dans la Petite Italie, que j’ai rencontré Fernando. En discutant, j’apprends qu’il est Bolivien : première surprise. C’est que si la communauté latino-américaine de Montréal est très grande, les membres Boliviens-incluant mon père et ma tante- semblent se compter sur les doigts d’une main. J’exagère à peine.

Deuxième surprise : il retourne bientôt en Bolivie pour mener à bien un magnifique projet pour aider les enfants de la rue de Cochabamba.

J’ai grandi avec les histoires d’horreurs que me racontaient mon père et ma tante à propos des enfants hauts comme trois pommes qui devaient travailler comme des fous pour ramener une misère à la maison – car il fallait bien manger. Enfin, ça c’est quand ils n’étaient pas carrément exploités par des tiers. Des histoires racontées toujours avec émotion, avec une certaine nostalgie et une tristesse dans les yeux.

Lorsqu’on voit le peu d’effort du gouvernement bolivien pour améliorer la situation de ces enfants – son voisin le Pérou est d’ailleurs bien loin de donner l’exemple!- une action citoyenne est doublement nécessaire et c’est pourquoi je trouvais essentiel de partager son projet Take Off avec vous, chers lecteurs.

 

Peux-tu te présenter?

Je m’appelle Fernando Barbosa. Je suis né et j’ai grandi à Cochabamba, en Bolivie. Je suis diplômé en économie de la John Molson School of Business de Montreal et je suis également acteur professionnel.

 

Parles-nous de ton projet.

Mon projet s’appelle Take Off. C’est un documentaire sur les enfants qui travaillent et vivent dans les rues de Cochachamba, en Bolivie.

La première étape du projet consiste à créer une pièce de théâtre où les enfants partageront leurs histoires avec le monde extérieur. Cette pièce sera écrite, interprétée et réalisée par ces mêmes enfants avec l’aide d’une équipe d’acteurs professionnels et de réalisateurs boliviens. La réalisation de la pièce fera l’objet d’un documentaire qui sera présenté en Bolivie et ailleurs afin que le gouvernement national et la société en général prennent conscience de la réalité de ces enfants et leur capacité d’influencer la société de façon positive.

 

voyage bolivie jeunes rue

 

Comment tout a débuté?

J’ai initié ce projet en juin 2012, lorsque j’ai rencontré un groupe de petits garçons et de petites filles qui vivent et travaillent dans les rues de Cochabamba. Nous sommes devenus amis et durant les trois mois que j’ai passé avec eux, j’ai pu voir les difficultés auxquelles ils exposés : faim, soif, froid, discrimination, abus, et plus encore. Mais ce qui m’a motivé par-dessus tout, c’est cet incroyable esprit fonceur de ces enfants Ils veulent avancer malgré tout, avec un sourire sur le visage, le cœur ouvert et une attitude positive.

voyage bolivie take off

 

As-tu des statistiques qui nous aideraient à comprendre l’ampleur du problème des enfants travailleurs?

Les plus récents chiffres officiels disponibles sont ceux de l’UNICEF qui démontrent qu’en 2008, la Bolivie comptait quelques 850 000 enfants travailleurs, filles et garçons confondus.

Aujourd’hui, la population bolivienne est de 10.5 millions d’habitants et on estime qu’il y a environ 1 million d’enfants travailleurs, exposés aux risques de trafique, de drogue, de crime, de pauvresse extrême, d’exploitation et bien sûr d’abandon des études-pour les quelques enfants qui sont encore à l’école.

As-tu des organismes qui t’appuient dans ta démarche?

En Bolivie, je compte sur l’appui d’avocats spécialisés en travail infantile et jeunes de la rue, ainsi que la Fondation Bosques Bolivia et l’École de théâtre Hecho a Mano de Cochabamba.  À Montréal, j’ai l’appui de l’Association des Étudiants d’Amérique latine de Concordia et le Montreal Times qui nous a consacré la couverture de sa revue hebdomadaire (l’histoire de « Take Off » sur le Montreal Times a été l’article avec le plus de partages et de vues en ligne de l’année!).

 

Et de notre côté, comment peut-on concrètement aider à mener à bien ce projet?

Il y a un mois nous avons lancé une campagne KickStarter pour pouvoir financer « Take Off ». Nous en sommes aux derniers jours pour pouvoir atteindre notre objectif et obtenir les fonds nécessaires pour lancer le projet.  Vous pouvez nous aider en partageant notre initiative et en faisant un don via ce lien :

https://www.kickstarter.com/projects/takeoff/take-off-a-film-on-behalf-of-working-children

 

De notre côté, on suivra avec attention le déroulement de ce projet!

 

Bolivie : le théâtre pour aider les enfants de la rue
5 (100%) 2 votes
Vanessa Huet

Fondatrice et éditrice du magazine Voyage Perou, je suis une grande amoureuse de l’Amérique latine que j’explore avec émerveillement, stylo et caméra à la main. Ma motivation? Réunir le maximum d’information, de bons plans et de conseils pratiques pour vous encourager à partir vous aussi à l’aventure!

Laisser un commentaire