Que faire à Oxapampa?

6

Le petit guide d’Oxapampa: activités et infos pratiques

Au petit matin, après une longue nuit en bus depuis Lima, j’aperçois enfin le paysage à travers la buée de la fenêtre : de grandes montagnes vertes recouvertes de brume, des ravins et des courbes à n’en plus finir… puis, par-ci, par-là,  des maisons à l’architecture tyrolienne.

Mon cerveau endormi n’arrive pas encore à comprendre ce mélange peu probable entre les mototaxis qui me semblent si typiquement péruviens et ces jolies maisons en bois qui me rappellent un voyage en Autriche, fait il y a déjà de nombreuses années.

On arrive au terminal, on sort enfin du bus. Il pleut. « Ça passera, c’est toujours comme ça le matin » nous rassure le chauffeur de taxi en prenant nos valises. J’ai l’impression d’avoir de grands yeux et un sourire d’enfant en regardant avec admiration ces hautes montagnes vertes sous une pluie tropicale. Venant de Lima qui est si sèche, j’ai l’impression que ma peau et mon esprit assoiffés absorbent cette ambiance pure un peu comme le soulagement qu’on éprouve en buvant un verre d’eau après s’être réveillé au petit matin la bouche ouverte.

Oxapampa est une région connue pour sa richesse culturelle et naturelle, entre paysages à couper le souffle, ses produits locaux, et son mélange étonnant entre descendants de colons austro-allemands et des communautés natives Yanesha et Ashaninka.

Que faire à Oxapampa?

J’ai eu l’occasion de faire deux tours (Chontabamba et Catarata del Rio Tigre) avec Curly, un sympathique guide, à l’image de sa région: blond, d’origine allemande et anglaise, il précise «je suis un produit d’importation, 100% péruvien!».

Visite de Chontabamba (3h)

Après un arrêt sur la Plaza de Armas d’Oxapampa, fleurie, riche en végétation et avec une église en bois à l’architecture typiquement tyrolienne, construite par un certain Otto Müller Plofm, on file à travers les chemins jusqu’à Chontabamba.

On commence la visite avec une usine de fromage. Après une brève présentation de la région et des produits, on nous propose miel, du yogourt, plusieurs fromages et la marmelade de guayaba. Il faut comprendre qu’au Pérou, les fromages « forts » sont rares, voire inexistants, mais il existe de bons produits et justement la région d’Oxapampa est connue pour ses produits laitiers. Parmi la sélection de fromages, j’ai d’ailleurs ramené un Belpaese (16.50 soles pour 500gr), assez doux mais goûteux.

On reprend la route. Sur le bord du chemin, une jeune vache broute l’herbe sans se soucier du monde qui l’entoure; la vie semble douce ici. Je suis particulièrement émerveillée par la lumière qui est d’une douceur particulière, comme celle que l’on voit lors des averses ensoleillées, ce phénomène qu’on appelle « un temps de demoiselle » en bon français. Ça doit être justement car Oxapampa est constamment bercée entre la pluie et le soleil.

À cet instant même, je crois être capable de dire en toute sincérité que c’est le plus beau paysage que j’ai eu la chance de voir au Pérou. Et dire que ça ne fait que quelques heures que je suis dans la région d’Oxapampa!

Le van s’arrête et m’extirpe de mes pensées. On marche quelques mètres et monte des escaliers en pierre. Au sommet, on redescend dans ce qui semble n’être qu’un trou de l’extérieur. C’est la « Tunqui Cueva », une grotte humide aux parois envahies par la végétation et des stalactites qui cachent quelques chauves-souris qui font la sieste. Elle n’est peut-être pas si grande, mais entre le peu de lumière naturelle qui y pénètre et son ambiance tropicale, sa visite est vraiment un must.

On poursuit ensuite vers une ferme de pisciculture pour nous montrer l’élevage de truite. Petit conseil gourmand, n’hésitez pas à demander de goûter aux produits proposés du kiosque à l’entrée, il y a délicieux manjar (dulce de leche) au café. Si le cœur vous en dit, un format généreux ne coûte que 8 soles!

Puis arrive un des moments forts attendus: la découverte du warapo. Également écrit guarapo ou huarapo, c’est l’alcool typique de la région. Le jus de canne à sucre est extrait grâce à une roue hydraulique, puis traité dans un alambic artisanal. Le résultat est assez doux et sucré, avec un petit côté pétillant et ressemble énormément à la chicha de jora. On le sirote en humant la délicieuse odeur enveloppante du bois qui brûle.

warapo oxapampa

Puis Curly décide de passer « aux choses sérieuses » et nous propose de l’eau de vie de canne à sucre, appelée cañazo ou «agua loca », à 20% d’alcool, qui rappelle énormément le rhum blanc tant au goût qu’à l’odeur.

La gorge encore chaude, on reprend la route. On arrête quelques minutes au pont suspendu de Chontabamba. Il n’a rien d’incroyable ce pont, mais c’est la vie autour qui fait sourire : les familles pique-niquent, font rôtir leur viande, rient, et les enfants agitent leurs pieds dans l’eau sur un fond de musique.

L’odeur de la viande sur charbon finit de nous creuser l’appétit, heureusement on se dirige vers Italo, un restaurant typique de grillades. Pour nous, ce sera une assiette de cecina (bœuf séché), chorizo et banane frite…amplement suffisante pour 2 personnes!

oxapampa perou restaurant

Catarata del Rio Tigre (3h)

Le ventre plein, on enchaîne la prochaine visite. Personne ne parle dans le van, les têtes balancent mollement au rythme des courbes de la route. Lorsqu’on traverse un ruisseau, j’ouvre un œil. Puis je le referme. Après un moment, le van s’arrête, les têtes se redressent et s’ensuit un concert de bâillements.

En sortant, je prends une grande bouffée d’air pur. On commence l’ascension vers la Chute du Rio Tigre. La pente est douce, mais assez longue. Certains encore à moitié endormis traînent derrière. Je marche devant le petit groupe, beaucoup trop enthousiasmée par le magnifique paysage vert en pointant chaque minute un nouvel élément qui m’étonne : « mira que bonito! ». En indiquant les hautes montagnes qui nous entourent, Curly dit : «partout autour, il y a des champs de granadilla, kaiwa et rocoto ». Un peu plus loin, on dévie du chemin, puis arrive devant un magnifique pont, parfaitement intégré dans l’univers de végétation luxuriante qui l’entoure. J’ai cette soudaine impression d’être dans un décor de film du type « Le livre de la jungle », dans une expédition pour trouver une cité d’or cachée derrière les lianes.

catarata tigre oxapampa

oxapampa rio tigre

En voyant mon expression béate, Curly me dit : « on trouve dans la région 3000 sortes d’orchidées. Un scientifique a même trouvé 9000 plantes dans un seul arbre, la biodiversité ici est vraiment impressionnante! ».

En faisant bien attention de ne pas glisser sur le chemin humide, on descend jusqu’au bas de la chute. Il commence alors à pleuvoir. C’est une pluie qui rend le paysage encore plus magnifique, un peu comme dans la jungle du Tambopata.

oxapampa perou activite

Quelques uns se décident à enlever leurs vêtements pour profiter de l’eau pure, de mon côté je me contente de la boire à grande gorgée.

Malheureusement, après un moment, il faut bien partir. Cette fois, c’est moi qui traîne derrière le groupe. Je m’arrête sans cesse pour regarder le paysage au loin. C’est quand même hallucinant de voir des montagnes vertes embrumées si similaires à celles du Tyrol. Je peux facilement comprendre que ces colons, au 19e siècle, se soient sentis comme chez eux, au point de vouloir refaire leur vie ici.

Un peu trop perdue dans mes pensées comme d’habitude, je perds rapidement le groupe. Je cours à grandes enjambées pour les retrouver plus bas, près du van. En retournant à Oxapampa, on fait un dernier arrêt dans un lieu de recueillement. Ici, les locaux viennent saluer la Vierge, et lui écrivent leurs prières et remerciements dans un gros livre posé à ses côtés. Paraît-il qu’on peut voir son reflet dans l’eau.

perou oxapampa

En partant, je me décide à poser à Curly la question délicate qui me brûle les lèvres depuis mon arrivée : « est-ce que les différentes ethnies s’entendent bien ici? »

Il répond : « ici il y a les descendants de colons austro-allemands, les communautés natives de la jungle et il y a même des Andins. Il n’y a jamais eu de problème car les colons sont venus ici pour travailler et faire leur vie tranquillement. »

Puis il ajoute avec un grand sourire : « en fait, ce qui dérangeait les natifs, c’est que les colons aimaient un peu trop faire la fête avec les calatas! (en référence aux natives légèrement vêtues par rapport aux habitudes européennes) »

J’explose de rire en remontant dans le van.

Prix des visites: 50 soles/personne en petit groupe, pour les 2 tours incluant guide, transport, dégustations. Excluant les entrées aux sites (généralement entre 1 et 2 soles) et le repas du midi, autour de 20-25 soles par tête, selon ce qu’on choisit au menu. Pour la visite de la Catarata el Tigre, pensez à apporter votre maillot de bain afin de profiter d’une douche en pleine nature.

Les autres visites à faire dans la région

La région regorge de possibilités, voici quelques autres visites guidées, que je rêve de pouvoir faire lors d’un prochain séjour à Oxapampa.

Pozuzo (toute la journée) : c’est la ville connue pour son fort héritage austro-allemand. C’est l’occasion de découvrir cet héritage, à travers l’architecture des édifices, visite de musée, repas typique, en plus de passer par le Parque Nacional Yanachaga Chemillen, ainsi que les chutes Rayan et Yulitunqui.

Culture Yanesha (3 h): visite de la communauté de Tsachopen à 15 min de la ville pour découvrir leur culture à travers la danse, la chanson et l’artisanat.

Villa Rica, terre du café (6h) : c’est une vallée connue pour son café de qualité à travers tout le Pérou. On y découvre le processus complet du café, en visitant quelques fincas. La visite inclus également un tour en bateau à la lagune El Oconal, connue pour sa grande biodiversité.

Parc national Yanachaga Chemillen : c’est un immense espace protégé de quelques 122 000 hectares qui renferme une des plus riches biodiversités au monde, dû à son paysage accidenté et sa diversité climatique. On y trouve une flore très riche, avec de nombreuses espèces en voie de disparition, dont des orchidées centenaires. On trouve également 427 espèces d’oiseaux, 16 espèces de reptiles, 59 espèces de mammifères et 31 espèces de poissons.

Et si on veut se promener seul?

Pour une balade tranquille, demandez à un moto taxi de vous emmener à l’entrée San Alberto vers le Parc de Yanachaga. De la route principale, c’est un petit chemin charmant qui commence avec des petites maisons de campagnes, et leurs multitudes de poules et de coqs qui se pavanent en traversant la route, le tout dans un paysage vallonné. Là où les maisons terminent, le chemin continue en légère ascension constante en suivant une rivière.

Il ne faut pas hésiter à regarder de temps en temps s’il y a un accès qui descend vers la rivière car il y a quelques magnifiques points de repos sur les rochers où l’on peut observer le courant apaisant de l’eau.

On peut décider de marcher 1, 2, 3h, jusqu’à se fatiguer et de revenir jusqu’à la route principale. C’est une marche fort agréable, solitaire (nous avons dû croiser 3 locaux en 3h), qui permet d’apprécier au maximum la nature environnante. Pensez à revenir avant la tombée de la nuit, c’est une véritable route de campagne avec aucun éclairage.

Où dormir à Oxapampa?

Il y a plusieurs hébergements à des prix raisonnables.

  • Posada Edelweiss: l’hôtel que j’ai choisi et je recommande fortement. C’est un petit hôtel aux airs tyroliens à quelques minutes en mototaxi de la Plaza. On y est très bien reçu par la Señora Teresa, qui s’assure constamment de notre bien être avec des adorables: « todo bien, hijita preciosa? » et offre plusieurs renseignements pratiques sur la région. Le petit déjeuner typique est inclus (les « yucas fritas » -manioc frit- sont excellentes!) Eau chaude, wifi du côté de la réception. À partir de 35€ la nuit
  • Hotel Heidinger: voilà une très bonne option si vous êtes plusieurs. Situé en dans un écrin de verdure à 500 mètres du parc principal il propose des bungalows pour 4 ou 5 personnes. Très calme. Wifii et petit déjeuner inclus. À partir de seulement  50€ la nuit!
  • Casa de Campo: si vous êtes en plus grand groupe, c’est vraiment la meilleure option du coin! C’est une très jolie maison de 5 chambres qui peut accueillir jusqu’à 16 personnes. Avec cuisine, balcon, jardin et une belle vue sur les montagnes. À partir de 163€ la nuit

Où manger à Oxapampa?

Les spécialités de la région d’Oxapampa sont : la cecina, le chorizo, la banane frite, le fromage, les jus de fruits exotiques dont le « Quito-Quito », le miel, le café et l’alcool de canne à sucre.

Italo’s parrilladas: on le voit partout. Il me semble même avoir vu une pancarte indiquant qu’il « sponsorisait » la Catarata del Rio Tigre (sans blague). C’est un incontournable du coin, mais j’ai trouvé que la cecina était un peu décevante. Par contre, excellent chorizo, on en redemande! Autour de 28 soles pour une assiette généreuse, ouvert seulement de jour.

Ceja de Selva : sur la Plaza, un petit café sans prétention ou on peut manger des empanadas (4 soles), des tartes et des sandwiches, sans compter quelques bières d’importation, ainsi que la Sierra Andina (10 à 14 soles) un bel exemple de microbrasserie péruvienne. Au coin de la Plaza de Armas, du côté de l’église.

Pizzeria la Nonna : on y va pour les bonnes pâtes et la pizza (20-30 soles). Le resto n’est ouvert que le soir et c’est fort probablement un des plus jolis à Oxapampa. Au coin de la Plaza de Armas, du côté de l’Église, ouvert uniquement de soir.

Rinconcito Oxapampino : cuisine typique de la région. Si vous êtes plusieurs (même à 2, on finit difficilement), je vous recommande l’assiette « el mixto » à 42 soles : 2 types de fromages, yucas frites (manioc frit), chicharron de poulet, chorizo, cecina, bananes frites, tamales ou humitas, le tout accompagné d’une salade fraîche avec avocat. À un coin de rue de la Plaza de Armas.

restaurant oxapampa perou

Quand aller à Oxapampa?

De façon générale, il fait chaud de jour et froid la nuit. Les journées sont tiraillées entre magnifique soleil et pluie (qui ne dure jamais bien longtemps). La saison des pluies s’étend de décembre à mars, mieux vaut éviter cette période.

Quoi apporter à Oxapampa?

Pensez à apporter plusieurs couches de vêtement à cause des écarts de température. Un imperméable, des chaussures de randonnée et un bon chasse-moustique seront très utiles, voire indispensables.

Les moustiques sont particulièrement vicieux dans le coin.

Comment se rendre à Oxapampa?

Quelques compagnies de bus s’y rendent à partir de Lima (12h30 de trajet).

De mon côté j’ai pris Oxabuss, confortable et propre. Les trajets sont de nuit (départ à 7pm), entre 50 soles et 60 soles. Les deux types de sièges sont confortables, mais je vous recommande de prendre celui à 60 soles, les 10 soles supplémentaires valent vraiment le coup si vous avez de grandes jambes!

Par contre attention: le bus s’arrête plusieurs fois en pleine nuit (en allumant toutes les lumières!) pour faire monter des passagers donc je recommande vivement de prendre un masque de sommeil. Des bouchons pour les oreilles sont aussi une bonne idée.

Adresse : Avenida 28 de Julio, 1575, la Victoria, Lima; tTél : 4233667 – 4237225

Autre infos

  • On trouve une banque BCP et une pharmacie sur la Plaza de Armas
  • Oxapampa est assez tranquille, le soir la majorité des commerces et restaurants sont fermés, mieux vaut profiter de jour!
  • Pour les tours, il y a des agences sur la place d’Armes.

Copyright photo: Monica Reyes

Guides de voyage du Pérou

À lire également

Les meilleurs circuits au Pérou – Notre sélection des meilleurs circuits pour un voyage de rêve sans se ruiner!

Vous utilisez Pinterest? Voici l’image à pinner!

visiter oxapampa

Que faire à Oxapampa?
5 (100%) 4 votes

Fondatrice et éditrice du magazine Voyage Perou, je suis une grande amoureuse de l’Amérique latine que j’explore avec émerveillement, stylo et caméra à la main. Ma motivation? Réunir le maximum d’information, de bons plans et de conseils pratiques pour vous encourager à partir vous aussi à l’aventure!

Discussion6 commentaires

  1. J’aime mieux ce coin de Pérou plus tous, et c’est la première fois que tu nous en parle , ça fait comme même de route pour y parvenir !! Mais c’est cool et j’imagine qu’on n’y trouve pas du tourisme de masse

    • En réalité il y a toujours énormément de route au Pérou car il n’y a pas pratiquement pas de ligne droite (beaucoup de montagnes). La différence avec Cusco, par exemple, c’est qu’il n’y a pas d’aéroport et qu’on doit forcément prendre le bus, mais ils sont vraiment très confortables. En fait je n’ai jamais vu ailleurs des sièges aussi grands. La destination en vaut le coup, définitivement!

  2. Si vous aimez les festivités, la douce et tranquille Oxapampa s’anime follement chaque année le dernier weekend de juin, (en 2016 ce sera exceptionnellement le 1 et le 2 juillet). En effet, l’association Selvámonos organise son festival de musiques, d’arts et environnemental !! https://www.facebook.com/Selvamonos/?fref=ts C’est le plus grand festival indépendant du Pérou, on parle du woodstock péruvien !!

    Pour le logement, si vous aimez les ambiances familiales, si vous avez envie de vous faire chouchouter pendant quelques jours je vous conseille l’Albergue Turistico Bottger https://www.facebook.com/alberguebottger/?fref=ts . Doris et son mari (Gringo pour les intimes, donc pour vous aussi) vous y recevrons avec toute leur générosité !!

    Si vous voulez boire un coup ce sera chez Otto (El vatter Otto) que ce soit chez le père et ou chez le fils vous serez accueilli avec le sourire et la sympathie. Deux ambiance différentes : chez le paternel en face de la Nonna la meilleure pizzeria du Pérou se sera plus tranquille, parfait pour la discussion, chez le fils ce sera plus animé vous pourrez même emprunter des jeux.

    • J’ai vraiment adoré le coin d’Oxapampa, j’y retournerai certainement. Et oui j’ai été à la Nonna qui m’avait été recommandé, je n’ai pas goûté la pizza, mais les pâtes étaient franchement bonnes! (Ce qui n’est pas toujours facile à trouver au Pérou d’ailleurs, qui a beaucoup d’autres points forts au niveau de la cuisine ^^)

Laisser un commentaire