Les incontournables de Guayaquil

2

Que faire à Guayaquil

Guayaquil, surnommée la « Perle du Pacifique », est la capitale économique d’Équateur, son principal port de pêche, ainsi que la ville la plus peuplée du pays. On m’avait avertie “tu verras, Guayaquil est complètement différente du reste de l’Équateur“.

Je n’y croyais pas vraiment jusqu’à mon arrivée dans l’humidité et la chaleur suffocante de la ville, contrastant fortement avec la douce Cuenca que je venais de quitter.

Elle est grande, elle est forte, elle est surtout très fière, comme ses habitants. En effet, je me rendrai compte en 4 jours passés à la découvrir, qu’elle s’est même construit une identité propre. Certes, les villes portuaires sont toujours chargées d’énergie, mais la phrase “Por Guayaquil Independiente”, Pour Guayaquil indépendant, sous les armoiries de la ville en dit long sur sa position!

Guayaquil ne se laisse pas découvrir facilement, mais étant une grande habituée de Lima (qui justement y est souvent comparée), j’ai décidé de lui donner sa chance sans idée préconçue. Voici quelques incontournables de Guayaquil à voir lors d’un voyage en Équateur.

À voir à Guayaquil

Promenade sur le Malecon 2000

Entre jardins, musées, boutiques et cafés, cette promenade de quelques 2.5 km offre un des plus sympathiques endroits de la ville, avec vue sur la rivière Guayas. On y va tout autant pour manger dans un resto que pour s’asseoir sur un banc à l’ombre, une crème glacée à la main, en regardant les gens passer. Longer le malecon est sans doute la meilleure façon de se rendre au quartier de Las Peñas et au Cerro Santa Ana.

Pour moi, ce sont vraiment les jardins (gratuits) qui en valent le détour, offrant une bonne bouffée d’oxygène en pleine ville et une balade rafraîchissante, avec 350 espèces végétales entre plantes, arbres et fleurs, des bassins d’eau, à découvrir à travers 1.5km de petits chemins.

que-voir-guayaquil
Sur le malecon de Guayaquil
jardins-guayaquil-equateur
Les jardins du malecon
riviere-guayas-guayaquil
La vue sur la rivière Guayas depuis le malecon

Faire un tour de Grande Roue

J’ai hésité quelques jours en me demandant si un tour de « La Perla », la grande roue sur le malecon, en valait vraiment la peine. Je me suis finalement laissée tentée, fatiguée après des heures de marche et quelle belle surprise! C’est un tour d’environ 10 minutes qui permet d’avoir une vue imprenable sur les environs du haut de ses 57m et particulièrement sur las Peñas. J’ai appris par la suite que c’est la plus haute d’Amérique du Sud. 

J’aurais bien tenté le tour de nuit également, ça doit être joli, mais ce sera pour une autre fois.

grande-roue-guayaquil
La grande roue de Guayaquil vue du Cerro Santa Ana
la-perla-guayaquil
La “Perla” la grande roue vue de proche, sur le malecon

Les musées de Guayaquil

Il y a plusieurs musées qui valent le détour à Guayaquil, d’art et d’histoire.

  • Musée anthropologique d’art et de culture: il m’a impressionnée, d’autant plus pour une exposition gratuite! C’est un musée à côté de La Perla sur le malecon qui présente d’un côté une collection de 50 000 artefacts précolombiens et de l’autre une exposition moderne. J’ai malheureusement dû courir car il ne manquait que 45 minutes avant la fermeture, mais il y avait matière à rester bien plus longtemps. Entrée gratuite, 8h30 à 17h, lundi fermé, pièce d’identité nécessaire pour entrer.
musee guayaquil
La collection d’artefacts précolombiens du MAAC
  • Musée miniature “Guayaquil en la historia”: situé juste à côté du MAAM et de la Perla, c’est est un musée qui présente l’histoire de Guayaquil en 15 scènes sous forme de maquettes avec une narration, et des chansons. Le ton dramatique semble un peu surjoué, presque promotionnel et les chansons peuvent un peu fatiguer après quelques scènes, mais il faut reconnaître que c’est une intéressante rétrospective visuelle sur l’histoire, de l’époque précoloniale avec les nations indigènes jusqu’à nos jours en passant par sa fondation, le saccage des pirates, le grand incendie qui détruisit la ville et bien plus. Je l’aurais sans doute encore plus apprécié en étant accompagnée d’enfants! Entrée 3$, enfant 2$, mar-dim 9h-13h30, 16h-20h
miniatures-guayaquil
Une des scènes du musée des miniatures
  • Musée Nahim Isaias: c’est un musée qui présente une exposition temporaire au rez-de-chaussée -d’art actuel par des artistes équatoriens lors de mon passage- mais ce qui m’a vraiment impressionnée c’est le 2e étage (pas très bien indiqué, n’hésitez pas à monter!) avec une magnifique collection d’œuvres de l’École coloniale de Quito entre peintures et sculptures. Certes, c’est de l’art religieux, mais avant de soupirer, sachez que le résultat vaut définitivement le coup d’œil! Entrée gratuite, 8h30 à 17h, dimanche fermé, pièce d’identité nécessaire pour entrer.
  • Musée Municipal : situé dans le même bâtiment que la bibliothèque municipale, non loin du musée Isaias, il est considéré comme le musée le plus important de Guayaquil. On y découvre l’histoire de Guayaquil à travers plusieurs salles (préhistoire, colonie, indépendance, république, 20e siècles, art sacré, monnaies) en présentant artisanat, céramique, peintures, sculptures et différentes pièces archéologiques. Entrée gratuite, 8h30 à 17h, fermé dimanche et lundi, pièce d’identité nécessaire pour entrer.

Quartier traditionnel Las Peñas

Premier quartier de la ville fondé il y a 400 ans, initialement habité par des artisans et des pêcheurs, se transforma au 20e siècle en riche quartier aux maisons luxueuses habitées par les intellectuels, hommes d’affaires et hommes politiques. Joliment rénové il y a quelques années et désigné Patrimoine culturel d’Équateur, on y va aujourd’hui pour découvrir son cachet bohême, marcher à travers ses rues colorées et sinueuses et monter jusqu’au sommet du Cerro Santa Ana.

Par chance mon auberge était située sur la rue Numa Pompilio Llona, la rue piétonne principale de Las Peñas. L’endroit idéal pour se promener! C’est une rue pavée étroite où l’on trouve des petites boutiques, galeries et bars. Au bout, on arrive au bord de l’eau  qu’on peut longer tranquillement jusqu’à arriver à une série de restaurants. Ce qui est sûr, c’est que le coin ne manque pas d’ambiance.

las-penas-guayaquil
En marchant sur la rue de Las Peñas
visiter-guayaquil
Les maisons typiques de Las Peñas

Le Cerro Santa Ana et sa vue panoramique

Après une montée de quelques 444 marches, le Cerro Santa Ana nous offre un cadeau bien mérité: une vue panoramique, entre Guayaquil et le rio Guayas. Au sommet se trouvent la chapelle de la Virgen de las Mercedes et un phare, où l’on peut monter gratuitement et qui offre un autre magnifique point de vue sur les environs du haut de ses 50 marches supplémentaires.

Je suis montée directement dès mon arrivée à Guayaquil, vu la chaleur et l’humidité auxquelles je n’étais pas encore habituée, ce n’était pas une bonne idée! Une fois au sommet, on aurait dit que j’avais pris une douche. Donc n’hésitez pas à porter des vêtements légers, vous poser sur les bancs qui sont installés tout au long du trajet, peut être même prendre un jus ou une crème glacée dans une des nombreuses bodegas. Le soleil peut être assez fort, pensez à privilégier la matinée ou le début de soirée pour atteindre le sommet.

Mais la vue en vaut la peine! Et franchement, c’est un des plus jolis endroits de Guayaquil. J’y suis même retournée une deuxième fois avant de partir.

guayaquil equateur
En montant vers le cerro. Photo Jonathan Hood
guayaquil-cerro-santa-ana
Au sommet du Cerro Santa Ana, du haut du phare
phare-guayaquil
Le phare du Cerro Santa Ana

santa-ana-guayaquil

Le Parc historique de Guayaquil

C’est un véritable complexe, entièrement gratuit, qui présente à la fois les traditions, l’architecture et la vie sauvage de la région.

En effet, cette zone de quelques 8 hectares présente les différents écosystèmes dans toute leur complexité, avec 97 espèces de plantes endémiques de la province de Guayaquil et 56 espèces d’animaux, mais également l’évolution des traditions, en présentant la vie à la campagne, dans les différentes plantations durant le siècle passé, et la richesse urbaine architecturale avec une véritable Guayaquil du 19e et du 20e siècle, recréée au sein du parc grâce à différents édifices et personnages d’époque.

guayaquil parc equateur
Photo Iguanageek

Les iguanes du Parque Seminario

Le Parque Seminario, connu également comme le Parque Bolivar ou Parque de las Iguanas était la Place d’Armes de la ville à l’époque coloniale. Aujourd’hui, c’est un lieu plutôt insolite, face à la cathédrale de Guayaquil -malheureusement fermée lors de ma visite-, qui accueille une statue de Simon Bolivar, mais également plusieurs iguanes.

Les iguanes sont de tailles différentes, allant jusqu’à 1 m de longueur et sont assez impressionnants de proche. Par contre, depuis une mauvaise expérience avec un de leurs cousins chez un hôte couchsurgfing en Argentine, je préfère les voir de loin et surtout pas les toucher, mais ils sont paraît-il assez sympathiques et calmes. Les enfants et adultes semblaient tout à fait fascinés!

equateur guayaquil
Photo Windell Oskay
iguane-guayaquil
Un iguane qui s’étire au Parque Seminario

L’Isla Santay

Située sur le fleuve Guayas, cette île est une aire protégée qui accueille un peu plus de 200 habitants. On peut y accéder par un pont de 840m conçu exclusivement pour les piétons et les bicyclettes, afin de protéger l’environnement de l’île connu pour la richesse de sa faune et de sa flore. En effet,  c’est une belle escapade verte alors qu’on y découvre 12 espèces de reptiles comme le boa et l’iguane, 85 espèces d’oiseaux, des mammifères comme le raton laveur, le fourmilier ou encore l’ocelot, un joli chat sauvage.

Voguer sur un bateau pirate

Difficile de ne pas penser au Whisky lorsqu’on entend “Captain Morgan”, certes. C’est d’ailleurs de ce même personnage du 17e siècle que tient le nom du bateau, une réplique de son navire. C’est en réalité un bateau touristique qui permet de faire une promenade fluviale en passant les incontournables de Guayaquil, comme le Malecon 2000 et le quartier las Peñas tour en profitant du bar et de la musique à bord. Il était malheureusement en réparation durant ma visite de Guayaquil, mais j’ai pu le voir depuis le malecon.

guayaquil bateau pirate
Le bateau de Captain Morgan à Guayaquil

Et un peu plus loin?

  • À seulement une demi-heure de la ville se trouve le jardin botanique. Il protège quelques 80 espèces d’orchidées et 700 espèces de plantes, ainsi que 73 espèces d’oiseaux, de nombreux papillons et poissons, des tortues et des mêmes des singes.
  • Dans les environs de Guayaquil se trouvent également de magnifiques plages qui valent le détour et qui sont facilement accessibles en bus, comme Montañita reconnue pour son ambiance de surf et de fiesta. Ça a d’ailleurs été ma destination suivante: j’ai adoré!
plage equateur
Andrés F. Ramirez

Où manger à Guayaquil

Difficile de parler de Guayaquil sans aborder sa gastronomie. En tant que port de pêche, les amateurs de fruits de mer y sont comblés avec des produits frais disponibles en tout temps. Plus précisément, c’est le crabe qui est le porte-étendard de la cuisine de Guayaquil. D’ailleurs, je tiens à remercier les membres de la Communauté française de Guayaquil pour leurs précieux conseils:

  • El Mono Goloso : petit café-boulangerie ouvert par un couple franco-canadien. Baguette, pizza, croissant, pain au chocolat, café. Lors de mon bref passage je me suis laissée tentée par les choux à la crème. Délicieusement frais et renfermant des petits morceaux de fraises. Engloutis en moins d’une minute!
mono-goloso-guayaquil
Les choux fourrés du Mono Goloso
  • La Pata Gorda : on a d’abord commandé le ceviche « La Pata Gorda » (13.75$) : c’est un ceviche tiède, presque comme une soupe (donc très différent du ceviche péruvien auquel je suis habituée) avec crabe effiloché, arachide, oignon, tomate, chip de banane plantain et avocat. Franchement, un pur délice. On en aurait demandé un autre sans hésiter mais on a plutôt tenté les pattes de crabe à l’ail. Bonnes, mais difficile d’égaler ce ceviche! La sangria aussi était bonne (12$ la cruche).
ceviche-guayaquil
Le ceviche au crabe de La Pata Gorda
  • La Culata: c’est aussi un autre endroit pour goûter au fameux ceviche équatorien, mais aussi les encocados (poisson ou crevettes dans une sauce riche à la noix de coco) et riz au fruit de mer.
  • La Paleta: ce n’est pas un restaurant, mais un bar situé dans las Peñas et qui est un des plus sympathiques de la ville. Bières, cocktails, tapas dansune ambiance bohême.

Carte pratique de Guayaquil

Voici une carte pour situer plus facilement les attraits, restos et hôtels mentionnés.

Où dormir à Guayaquil

  • Hotel Alexander: Situé en plein centre-ville, chambres climatisées avec mini bar et pour certaines baignoires à remous, Wifi gratuit. Chambre double à partir de 39€, petit déjeuner compris.
  • Hotel Palace Guayaquil: Situé en plein centre-ville, chambre moderne très confortable avec coin salon et bureau, literie exceptionnelle, Wifi gratuit. Nuitée à partir de 70€, petit déjeuner compris. Excellent rapport prestations/prix pour un palace.
  • Cino Fabiani Guesthouse : je suis tombée sous le charme dès que j’ai passé la grande porte de cette maison familiale traditionnelle de Las Peñas transformée en hôtel. On voit que son propriétaire baigne dans le monde de l’art, avec une déco bohême et éclectique qui lui donne une ambiance vraiment unique. Il organise même des événements culturels grâce au salon qui se transforme en scène. Il ne faut pas attendre à du luxe, c’est finalement un hôtel assez simple au niveau du confort (ex : salles de bain partagées) mais avec un charme certain pour tous les amateurs de lieux insolites et artistiques. Je ne sais pas s’il est ouvert depuis peu et c’est ce qui explique son prix très accessible, mais c’est définitivement un des hôtels qui m’a le plus marquée et un des meilleurs qualité-prix!  À partir de 15 euros.
hotel-guayaquil
À l’intérieur de Cino Fabiani Guesthouse à Guayaquil
dormir-guayaquil
Le balcon et les volets de Cino Fabiani Guesthouse, typiques des maisons traditionnelles de Las Peñas

Guayaquil est elle sécuritaire?

Dans un pays plutôt tranquille comme l’Équateur, Guayaquil fait contraste. Grande ville portuaire et ville la plus populeuse du pays, c’est une destination intéressante, mais agitée. Suivez les précautions de base de sécurité en voyage : ne portez pas de bijoux tape à l’oeil, gardez toujours un œil sur votre sac et votre portable (les pickpockets sont rapides), évitez de vous promener avec une grosse somme d’argent et renseignez pour savoir quels sont les endroits où l’on peu se promener tranquillement. Autant que possible, prenez les taxis appelés par l’hôtel, mais si vous êtes déjà dans la rue, préférez les taxi officiels jaunes.

Comment se rendre à Guayaquil

Depuis Quito

En bus, le départ se fait à partir du Terminal Terrestre Quitumbe à Quito, où de nombreuses compagnies effectuent le trajet chaque jour (8h).

Plusieurs compagnies aériennes se rendent à Guayaquil à partir de Quito en moins d’une heure comme LAN qui offre toujours un excellent service. Un trajet de taxi entre l’aéroport de Guayaquil et la ville vous coûtera entre 3 et 5$.

Depuis Cuenca

J’ai pris un van, un parfait compromis entre prix et confort. La route Cuenca-Guayaquil (4h) est vraiment magnifique car l’on passe par le parc national de Cajas et de hautes montagnes vertes, je le recommande! Compagnie Operazuaytur, 13$, trajet 4h, départs chaque 30 min, 13$. Tel 042 130837, 0999 341009. Taxi depuis le centre de Cuenca jusqu’au départ environ 2$ (10 min), et arrivée proche du terminal de bus de Guayaquil.

Galapagos

Guayaquil est le meilleur point de départ pour visiter les îles Galapagos. avec Lan, Aerogal et Tame qui opèrent plusieurs vols par jour sans escale à un prix moins élevé qu’en partance de Quito. Mais pouvez bien sûr aussi choisir d’y aller en bateau depuis le port.

Se déplacer à Guayaquil

  • Metrovia : c’est un bus rapide qui traverse la ville du nord au sud et d’est en ouest. Un passage coûte 25 cents. C’est un moyen fiable et sécuritaire de rejoindre le centre de la ville, l’aéroport et le terminal de bus.
  • Autobus : comme dans toute bonne ville d’Amérique latine qui se respecte, le système de bus de Guayaquil peut paraître un peu compliqué quand on ne le connaît pas, mais il reste le moyen le moins cher de se déplacer en plus d’être sécuritaire.
  • Taxi : les meilleurs taxis ont un compteur, mais pas tous. Assurez-vous donc idéalement de fixer le prix avant la course pour ne pas avoir de mauvaises surprise. Pour plus de sécurité ne prenez jamais un taxi qui n’est pas « officiel » (c’est-à-dire avec une vraie enseigne de taxi), ou encore mieux appelez en un via une application ou un contact recommandé.

Quand aller à Guayaquil

Le grand avantage ici, c’est que la ville jouit d’un climat agréable à l’année longue. Cependant il faut savoir que de décembre à avril les pluies sont plus abondantes. J’y ai été fin avril et si les fortes pluies avaient terminé, l’humidité était bien présente et pesante. La meilleure saison pour visiter la ville est de juin à décembre.

Où acheter des souvenirs à Guayaquil

Le « Mercado artesanal » est un grand marché où l’on trouve de nombreux produits d’artisanats, du cuir aux bijoux.

Copyright photo d’entête: Marco Sanchez

Guides de voyage d’Équateur

Vous partez en Équateur? À lire également

Tous nos articles sur l’Équateur sont ici: Retrouvez tous nos guides sur l’Équateur!

Vous utilisez Pinterest? N’hésitez pas à partager!

que faire a guayaquil

 

Les incontournables de Guayaquil
5 (100%) 16 votes

Fondatrice et éditrice du magazine Voyage Perou, je suis une grande amoureuse de l’Amérique latine que j’explore avec émerveillement, stylo et caméra à la main. Ma motivation? Réunir le maximum d’information, de bons plans et de conseils pratiques pour vous encourager à partir vous aussi à l’aventure!

Discussion2 commentaires

Laisser un commentaire

CommentLuv badge