La Pachamanca : un four dans la terre

13

La Pachamanca, four traditionnel

 

En général, je préfère voyager seule ou en petit groupe. Par contre, je dois avouer que c’est le fait d’avoir été au Pérou en grand groupe qui m’a permis de découvrir un plat et une méthode de cuisson incroyable!

 

Il s’agit de la Pachamanca, un repas festif pour une quinzaine de personnes et plus! Peut-être que certains d’entre vous ont eu l’occasion d’y goûter lors de votre voyage au Pérou, sinon, pour les autres, je vais essayer de vous mettre l’eau à la bouche en vous donnant un petit aperçu. Attention, préparez vos papilles gustatives.

Le repas peut être cuit dans deux types de fours: le wayta ou la pachamanca.

voyage perou - pachamanca cuisson

La pachamanca

La pachamanca est un trou dans le sol dont les parois sont tapissées de feuilles de bananiers. Dans le fond du trou, on place des pierres chauffées à blanc sur lesquelles seront déposées d’abord les viandes, puis les légumes et les autres accompagnements. Ensuite, on recouvre le trou de feuilles de bananiers sur lesquelles on  dépose une toile ou un tissu imperméable qui sera recouvert de terre de manière à bien conserver la chaleur. Finalement, la coutume veut que les cuisiniers placent des fleurs sur le dessus de la pachamanca pour marquer le terrain et faire honneur à la Pachamama (Pacha = terre et Mama = mère).

 

Le Wayta

Le wayta est construit a même le sol à l’aide de petits blocs de terres et ressemble à un igloo de 70 centimètres de diamètre (ou plus selon le nombre d’invités). L’idée est de le faire chauffer en faisant un petit feu à l’intérieur. Ensuite on retire les braises puis on insère les aliments. Et, la clé du succès, c’est de faire s’effondrer le four sur les aliments pour qu’ils cuisent par la chaleur de la terre qui donne une saveur toute particulière (et parfois même, un peu de croquant dû aux minéraux de la terre, mais on passe par-dessus parce que c’est trop bon!!)

Voyage Perou - Pachamanca four

Passons aux choses intéressantes : les ingrédients! Habituellement, les viandes utilisées sont le porc, l’agneau et le poulet. Elles sont marinées depuis la veille dans un mélange d’herbes andines, de piment fort, de coriandre, d’ail et de chicha qui sera salé et poivré au goût. Dans le four, on place généralement un premier étage de légumes (patates, manioc, bananes), puis on dépose les viandes marinées, et une seconde couche de légumes. Les aliments au dessus sont plus nombreux, avec des pommes de terre, du maïs, des petits tamals et des tubercules. Et la cuisson ne prend que 40 minutes, c’est donc un four très efficace et n’a franchement rien à envier aux fours à bois italiens! Le goût est absolument unique.

J’espère avoir piqué votre curiosité et stimulé vos papilles! De mon côté, j’ai envie de creuser un trou dans ma cour et d’inviter mes amis pour une Pachamanca! C’est carrément mieux qu’un barbecue! 😉

 

La Pachamanca : un four dans la terre
5 (100%) 1 vote
Gabrielle

Discussion13 commentaires

  1. Gabrielle

    J’aurais tellement aimé l’essayer! Ça a l’air bon et surtout tellement authentique! Me semble que ça fait vraiment Pérou 🙂

  2. Gabrielle

    Ca me fait un peu penser aux fours vanuatiens et plus généralement océaniens ! Ca ne doit pas être mauvais du tout et c’est 100% naturel 🙂

    PS : tu as fait une faute au titre : four tradItionnel

  3. Gabrielle

    Intéressant, je ne savais pas qu’en Océanie ils le faisaient aussi, mais c’est assez logique, c’est finalement si simple! Par contre eux ça doit être davantage de poisson non? Merci pour la correction

  4. Gabrielle

    J’avais déjà entendu parler de cette méthode de cuisson et en effet ça donne super envie ! J’essayerai de faire une vidéo lorsque je serai sur place 😉

  5. Gabrielle

    Très bon article!
    Je vais d’ailleurs prendre note du mélange d’épices pour mon prochain barbecue! Je crois que l’odeur va faire saliver tout mon voisinnage!

  6. Gabrielle

    Tu as piqué ma curiosité!

    J’ai fouillé un peu, et j’ai trouvé qu’à chaque dernier dimanche de juillet, il y a une grande fête péruvienne à Montréal (au parc Jeanne-Mance pour ceux qui connaissent).

    Il y a entre autres des prestations musicales, des expositions artisanales et touristiques. Mais SURTOUT, il y a des dégustations gastronomiques! J’espère qu’il y aura une Pachamanca!!

  7. Gabrielle

    Bonjour, j’aimerais ajouter qu’il existe différents types de Pachamanca selon la ville où elle se prépare, et ça change aussi d’ingredients comme les fèves, et pour la marinade par exemple à Huaraz (Ville du département d’Ancash) s’ajoute une herbe qui s’appelle « Chincho » laquelle donne un arôme et un goût très exquis.
    Quand on parle de la similitude de plat avec l’oceanie peut être qu’on parle du « Curanto » comme l’appelent les habitants de l’ile de Pâques, mais avec des fruits de mer, viandes, legumes.

  8. Gabrielle

    Très origial comme mode de cuisson la Pachamanca. Je ne connaissais pas du tout et selon les dires de certainbs d’entre-vous, le résultat à l’air d’être à la hauteur au niveau du goût. Ca vaut peut-être le coup d’essayer 🙂

Laisser un commentaire