La Canta Rana et ma tête de gringa

2

Ceviche à Lima

 

On m’avait parlé depuis longtemps de la Canta Rana à Barranco, le quartier bohême de Lima. “Vas- y, c’est un classique, c’est bon, tu verras”.

Par une belle journée ensoleillée, Alex m’a enfin motivée à y aller.

Après avoir goûté à la délicieuse leche de tigre du restaurant El Veridico de Fidel, la barre est très haute, surtout quand on est dans une des cevicherias les plus recommandées de Lima.

On arrive dans un lieu où les murs sont tapissés de cadres, des grands, des petits, des photos, des articles.  Je remarque même une femme en bikini à côté de la photo de Jean Paul II. Sympa.  

 

voyage perou canta rana lima


Le menu est long et varié, du ceviche à l’arroz con mariscos (riz aux fruits de mer- 35 soles) en passant par la causa (18 soles). J’y vais pour un classique, un ceviche mixto (28 soles), et mon ami Alex, le ceviche apaltado (30 soles), un ceviche accompagné d’un morceau d’avocat.

Je regarde avec appétit les assiettes qu’on dépose devant nous. J’attaque. Je prends la première bouchée sans trop réfléchir, surtout motivée par ma faim. Puis une deuxième. C’est là que je constate le poisson est trop cuit alors qu’il devrait être tendre. La secret d’un bon ceviche -outre l’équilibre des ingrédients qui sont finalement bien simples- est que la chair du poisson (ou des fruits de mer) ne doit pas être trop cuite dans le jus de lime. Cette fois ci, c’est raté mon ami. J’ai parlé avec quelques personnes qui m’ont dit que la qualité à la Canta Rana est inégale. Parfois, le ceviche est très bon, parfois plutôt ordinaire.

Mais la cerise sur le gâteau arrive lorsque je demande la facture. Après un moment sans recevoir mon change je dis: “me puede dar el cambio?”. Il me répond…”et le pourboire?”. Je reste figée les yeux grands ouverts. Même au Québec où la règle non-écrite du 15-20% de pourboire est très respectée, jamais on ne verra un serveur garder le change sans rien dire. Il me semble que c’est une question de respect envers client.

Oui, cette fois, j’ai vraiment eu l’impression qu’on se payait ma tête de gringa.

Tu m’as bien déçue la Grenouille.

La Canta Rana

Adresse: 101, Genova, Barranco, Lima

 

La Canta Rana et ma tête de gringa
5 (100%) 1 vote

Fondatrice et éditrice du magazine Voyage Perou, je suis une grande amoureuse de l’Amérique latine que j’explore avec émerveillement, stylo et caméra à la main. Ma motivation? Réunir le maximum d’information, de bons plans et de conseils pratiques pour vous encourager à partir vous aussi à l’aventure!

Discussion2 commentaires

    • Non, ça m’a bien refroidie :p
      Mais c’est la première fois que ça m’arrive, ce n’est pas du tout quelque chose de commun au Pérou.

Laisser un commentaire