Visiter Otavalo en Équateur: mon petit guide pratique!

0

Que faire et voir à Otavalo?

Située à 2543 m d’altitude dans les Andes, dans la province d’Imbabura à 2h au nord de Quito, la ville d’Otavalo impressionne par son paysage parsemé de volcans et son importante tradition d’artisanat.

Ce qui marque dès qu’on descend de l’autobus, c’est ce magnifique spectacle des vêtements traditionnels portés par les Otavaleños et Otavaleñas : pour les femmes, une longue jupe noire ou bleu profond, chemise blanche aux délicates fleurs brodées et foulard sur la tête ou aux épaules; pour les hommes, un pantalon blanc, un chapeau de feutre, un poncho bleu et, pour les plus jeunes, de longs cheveux attachés.

J’ai eu la chance de passer quelques jours à visiter Otavalo lors de mon séjour en Équateur, une région qui a énormément à offrir! Voici les incontournables d’Otavalo, entre marchés typiques et sites naturels à couper le souffle:

La Place des Ponchos

C’est un grand marché artisanal réputé à travers le pays, où l’on retrouve le travail des Otavalos, majoritairement textiles, mais également de cuir, des bijoux, du bois et de l’argile. J’y ai d’ailleurs acheté un tricot en laine qui m’a bien sauvé durant les nuits froides! Même si on ne veut rien acheter, y faire un tour vaut la peine ne serait-ce que pour découvrir cette importante tradition du textile de la communauté otavalo.

Le marché est ouvert tous les jours (7h -16h) mais la meilleure journée est le samedi puis, de moindre ampleur le mercredi.

place des ponchos otavalo
Les vêtements tissés par les Otavalos, sur la Plaza de Ponchos

Le marché aux animaux

Un autre marché incontournable est le marché aux animaux. Il se tient dehors de la ville, à l’entrée de Quichincha, le samedi de 6h à midi. Les paysans de la région d’Otavalo s’y réunissent pour exposer leurs animaux, principalement bétail, cochons, chevaux, moutons mais également coqs, poules, chiens, chats, cochons d’inde, canards, lapins et autres petits animaux.

Achat, vente, négotiation, échange: impossible d’assister à une scène plus authentique! Mais sachez qu’il faut arriver tôt, idéalement avant 8h, car les touristes arrivent dès le matin et l’ambiance n’est plus la même.

marche-aux-animaux-otavalo
Le marché aux animaux d’Otavalo. Photo Sally Taylor

Le Lac Cuicocha

Avec peu de temps devant moi, j’ai dû faire un choix difficile entre le Lac San Pablo et le Lac Cuicocha, qui se trouvent à des directions opposées par rapport à Otavalo. Comme San Pablo paraissait plus touristique, j’ai opté pour Cuicocha, et je n’ai pas regretté mon choix! C’est donc en compagnie de Luis, un guide recommandé par mon auberge, que je m’y suis rendue.

Le Lac Cuicocha ou Laguna Cuicocha se trouve dans le cratère d’un volcan qui a explosé il y a 4000 ans (qui est d’ailleurs encore actif et contrôlé de près), au pied de la la montagne Cotacachi. Il tient son nom de Tsui Cocha « lagune des dieux ».

Après une courte montée constante, on arrive finalement au sentier qui entoure le lac. Le tour complet de 15km se fait en 4h30-5h et arrive à une altitude maximum de 3800m, mais on peut aussi, comme moi, décider de n’en faire qu’une portion.

Je m’arrête un moment pour regarder le paysage et reprendre mon souffle. Face à moi se dresse le grand Cotacachi (5000m) dont le sommet se cache timidement derrière les nuages et ne se dévoile que durant quelques secondes. Il faut être attentif! Derrière, la vallée verte, avec une multitude de collines, des petites maisons éparses, avec en toile de fond les montagnes et les volcans dont le fameux Cotopaxi, un des plus hauts volcans au monde. 

Après m’avoir parlé de la flore locale, dont les 8 espèces d’orchidées qu’on trouve sur le chemin, c’est au tour de Luis de s’arrêter. Il pointe le lac d’un bleu profond où se trouvent 3 petites îles et me dit: tu vois, c’est curieux, on trouve là bas plusieurs animaux comme le « soche », une petite chèvre sauvage, le tatou (armadillo) et des lapins sauvages mais personne ne sait comment ils sont arrivés là! Quelqu’un les y a introduit certainement, mais on ne sait par qui, quand, ni pourquoi.

On reste tous les deux pensifs face à ce spectacle de la nature quand j’entends “coa! coa!”. Je regarde Luis sans comprendre. Il me répond: « ah, c’est le crapeau qui annonce qu’il va pleuvoir cet après-midi ».

Comment se rendre au Lac Cuicocha? J’y ai été en taxi avec Luis (tél: 0994394465), qui a été un excellent guide et vous emmène où vous voulez pour 10$ /l’heure. Si j’avais eu plus de temps, je lui aurais demandé de m’emmener visiter aussi les autres attraits comme le Lac San Pablo, mais ce sera pour la prochaine fois! Il est également possible d’y aller en bus jusqu’à Quiroga (20 min pour 0.50$, direction Cotacachi) puis prendre un taxi jusqu’à l’entrée de la Lagaguna Cuicocha (10 min, entre 3 et 5$). Dans ce cas n’oubliez pas de convenir d’une heure de retour avec le taxi car le coin assez tranquille. Sinon, il faudra marcher!

Infos pratiques: entrée gratuite, accessible de 9am-8pm. Sur la route, après l’entrée on trouve un centre d’information aux visiteurs avec des toilettes et plus loin la Hosteria Cuicocha au même endroit que les départs des tours en bateau (20 min, 3.50$).

cuicocha otavalo
La flore du Lac Cuicocha
lac cuicocha equateur
Le sentier autour de la Laguna Cuicocha
trek cuicocha otavalo
Mon guide Luis sur le sentier autour du lac Cuicocha
lac cuicocha
Le Lac Cuicocha

La Cascade de Peguche

Après avoir emprunté un court chemin dans la forêt, on arrive à une cascade de 30 m de haut et 6 m de large entourée d’une flore verdoyante et avec quelques lamas qui broutnt tranquillement l’herbe. L’eau vient de la Laguna San Pablo, au pied du volcan Imbabura, de l’autre côté d’Otavalo. Même si la cascade n’est pas particulièrement haute, elle est impressionnante par son cadre naturel et sa force: c’est une toute une douche qui attend tous ceux qui s’en approche, mettez votre imperméable!

Il faut savoir que Peguche a une très longue tradition textile qui remonte à la colonie (et même plus loin) alors qu’on venait laver la laine dans l’eau et la sécher sur le chemin. Aujourd’hui, le lieu est considéré comme sacré: les locaux viennent ici pour se purifier et des danses rituelles pour remercier la Pachamama ont lieu le 21 juin.

Se rendre à Peguche : la cascade est située à 10 min en voiture d’Otavalo. On peut s’y rendre en taxi (2$) ou avec les bus Coop Imbabura s’y rendent chaque 30 min pour seulement 0.25$. Il est aussi possible d’emprunter un vélo à Otavalo pour s’y rendre.

Combien coûte la cascade de Peguche : l’entrée est gratuite, mais il faut s’inscrire à l’entrée et faire une donation (mon guide Luis m’avait suggéré 0.50$) à la communauté de Faccha Llacta, qui se charge entièrement de sa gestion.

Accessible de 7h à 19h -possibilité de camper sur place

cascade peguche otavalo
La cascade de Peguche

Le village d’Iluman : la terre des shamans et des chapeaux

Sur le chemin de retour vers Otavalo, señor Luis s’est arrêté au village d’Iluman. « Ici, c’est la terre des chamans et des chapeaux » a-t-il dit en arrêtant la voiture sur un coin de rue. Un mélange plutôt intrigant. Je n’aurais pas l’occasion de profiter des services d’un chaman aujourd’hui, mais il m’emmène découvrir un petit atelier de confection des chapeaux.

Moi qui déteste faire du shopping (et encore plus en voyage) je me dis : « mince, encore une boutique déguisée en atelier pour me faire acheter ». Mais j’étais complètement à côté de la plaqueVoilà comment des années de voyage ont réussi à pourrir mon innocence.

On arrive donc dans un petit atelier rempli de chapeaux et de morceaux de toile, avec trois artisans qui nous saluent rapidement avec un sourire avant de continuer leur travail. Ici, on fabrique environ 50-60 chapeaux par semaine: des chapeaux Panama réputés pour leur qualité, en lapin et en mouton, mais également des chapeaux traditionnellement utilisés par les indigènes, faits avec de la farine de maïs. L’ingrédient secret? Il faut absolument qu’il sèche au soleil, pas autrement!

chapeau ilumani equateur
Fabrication d’un chapeau Panama dans un atelier d’Ilumani
chapeau otavalo
Chapeau Panama au village d’Ilumani
chapeau equateur
Les chapeaux indigènes faits en farine de maïs sèchent au soleil, au village d’Ilumani. Les petits sont des souvenirs.

Le village de Cotacachi et le cuir

Cotacachi est réputé pour le travail du cuir. Vous verrez un peu partout des pancartes « cuero » devant les ateliers et boutiques. D’ailleurs, vous remarquerez peut être en chemin des gringos et ce ne sont pas forcément des touristes. Ici, quelques 400 familles d’Américains ont décidé de s’installer car paraît-il que la vie est douce et la terre fertile. C’est un bon plan de retraite!

Lac San Pablo

Le Lac San Pablo est un des lacs les plus connus et les plus visités d’Équateur. Il se trouve à environ 10km d’Otavalo, au pied du volcan Imbabura et propose plusieurs sentiers vers des miradors naturels comme El Lechero et Mira Lago. Il est important de souligner qu’El Lechero tient son nom de l’arbre millénaire qui s’y trouve. C’est un lieu sacré où les indigènes viennent non seulement d’Otavalo mais de tout le pays pour participer à des rituels de purification!

Pour découvrir la Laguna San Pablo, il est également possible de louer des kayaks et faire des tours en bateau depuis le Parc aquatique Araque.

Comment se rendre au Lac San Pablo? Les bus Los Lagos et Imbabura s’y rendent (20-25 min pour 0.25 $)

lac san pablo equateur
Vue sur le Lac San Pablo. Photo Daniel Gomez

Le Parc Condor

Le Parque Condor est un refuge faunique à but non lucratif destiné à protéger et soigner les rapaces, dont le fameux condor des Andes. Les activités du refuge tournent autour de leur étude, leur valorisation et leur entraînement.

D’ici, on obtient une vue imprenable sur les environ : les volcans Imbabura et Cotacachi, le Lac San Pablo et les villes d’Otavalo et Cotacachi.

Mais outre la vue, on vient surtout pour voir le condor en plein vol! Il y a deux « spectacles » qui sont en réalité des démonstrations du vol du condor et qui permettent non seulement de l’admirer dans son environnement naturel mais également d’en apprendre plus sur le travail de conservation du refuge. C’est le meilleur moment pour visiter le parc!

Comment se rendre au Parc Condor? Depuis Otavalo, un taxi s’y rend pour 3-4$ (15 min), sinon il est possible de marcher (1h-1h30) en empruntant la rue Piedrahita

Quelles sont les heures d’ouverture? Le site est ouvert du mercredi au dimanche, de 9h30 à 17h mais le spectacle se tient à 11h30 et 16h30.

Combien coûte l’entrée? 4.50$

parc-condor-otavalo
Spectacle avec le condor des Andes. Photo: Parque Condor

Lacs de Mojanda

Ce sont 3 lacs (le grand lac, le lac noir et le petit lac) à 3720m d’altitude sur lesquels on peut faire du kayak, du vélo de montagne, randonnées et autres activités en plein air, avec une agence. Depuis le Grand Lac Mojanda, une randonnée d’environ 3h permet de se rendre au sommet de la montagne Fuya Fuya (et compter 1h30 la descente). À 4275m d’altitude, la vue y est à couper le souffle!

Depuis Otavalo, profitez en pour vous arrêter aux chutes de Taxopamba, un magnifique site naturel où on accède en seulement 30 min de marche depuis le village de Mojandito.

Faut-il y aller avec un guide? Techniquement, ce n’est pas obligatoire, mais il est fortement recommandé de s’y rendre avec un guide car les chemins ne sont pas sécurisés (surtout pour le Fuya Fuya). D’ailleurs, le climat dans le coin est très changeant, informez vous avant de partir des conditions climatiques pour la journée.

Est-il possible de faire du camping? Oui, le camping est autorisé autour du Grand Lac de Mojanda, mais il faut savoir que la température baisse drastiquement la nuit, soyez préparés avec le matériel adéquat!

Comment se rendre aux lacs de Mojanda? Il faut prendre un taxi ou une camionette (un colectivo) jusqu’à la Laguna Grande (le grand lac) et il est important de fixer une heure de retour. L’aller devrait coûter autour de 15$USD, pareil pour le retour.

mojanda
Vue sur le Lac Mojanda. Photo Jean François Renaud

Faire de la randonnée

La région d’Otavalo est parsemée de montagnes et de volcans, c’est donc un endroit tout désigné pour faire du trek. Voici quelques incontournables, qui font partie des plus hautes montagnes d’Équateur: 

  • Imbabura (4620m d’altitude) : c’est un volcan endormi qui a une très grande importance dans la culture indigène, alors qu’il est considérée comme le « tayta » (le père) qui protège le peuple. La montée se fait depuis les villes de La Esperanza et San Clemente, avec ou sans guide. La montée se fait en 4h (pour les habitués), mais soyez bien habillés pour affronter le vent et le froid vers le sommet.
  • Cotacachi (4939m d’altitude): c’est aussi un volcan endormi, qui se trouve dans la réserve écologique “Cotacachi-Cayapas”. Le départ du trek se fait à Chilcapampa. Il est possible de le faire en une journée aller-retour en partant tôt le matin, mais il se fait normalement en 2 jours. Plusieurs sites de camping se trouve sur la portion des + 4000m d’altitude (choisissez de préférence le 3e ou 4e campement si vous arrivez à temps, car le 2e est exposé au vent). Équipement d’alpinisme requis et il est préférable de s’y rendre avec un guide.
  • Cayambe (5 790 m d’altitude): volcan éteint devenu un glacier, c’est la 3e plus haute montagne d’Équateur et le plus haut sommet du monde traversé par la ligne de l’Équateur! Quelques agences spécialisées proposent son ascension sur 2 jours, généralement au départ de Quito. Il n’est pas nécessaire d’avoir de l’expérience spécifique (autre que la randonnée) pour faire ce trek, et avec ses grandes crevasses et chutes de glace, c’est donc un défi parfait pour ceux qui veulent s’initier à l’escalade sur glace.

Le train touristique

Le Tren de la Libertad, le train de la liberté, parcourt une section du chemin de fer entre Quito et San Lorenzo, au départ d’Otavalo jusqu’à Salinas (en aller-retour). Le prix n’est pas peu cher (53$ USD) mais le trajet offre un paysage magnifique et le billet inclut la visite guidée de quelques sites sur le chemin, ainsi que repas, snack et café.

Malheureusement, je m’y suis pris trop tard et même étant seule, et à 1 semaine de la date, tout était complet! Soyez avertis. Départ le vendredi, samedi, dimanche et jours fériés, départ 8h55 et retour 17h55. Site web

train-otavalo
Le Train de la Liberté à Otavalo. Photo TrenEcuador

J’aurais pu également parler d’Ibarra avec son centre historique colonial et ses fameux « helados de paila », un sorbet aux fruits, les sources d’eau chaude volcanique de Chachimbiro ou la vallée d’Intag connue pour sa forêt humide -qui offre un lieu privilégié pour la culture du café– et ses eaux thermales. La région Otavalo regorge de lieux à visiter et on peut y passer facilement plusieurs jours sans s’ennuyer.

Ce qui est certain, c’est qu’Otavalo est un incontournable de l’Équateur!

Carte pratique d’Otavalo

Vidéo d’Otavalo

Et pour finir, voici une vidéo de Tourisme Otavalo qui vous donnera certainement envie de visiter Otavalo!

Visiter Otavalo: infos pratiques

Comment se rendre à Otavalo ?

  • Depuis Quito : allez au Terminal Carcelen au nord de la ville. Traversez les taxis et vous trouverez au fond plusieurs kiosques de tickets. Il est très facile de trouver un billet pour Otavalo puisqu’ils vous interpellent « Otavalo, Otavalo! » et les bus sortent chaque 15 min. Il faut compter 2.50$ usd et 2h de trajet jusqu’à Otavalo. J’ai pris la compagnie de bus Los Lagos et il y a du wifi à bord, demandez le mot de passe car parfois il n’est pas indiqué. Avec en plus la projection d’un film, le trajet passe rapidement.
  • Pour partir d’Otavalo : le terminal de bus d’Otavalo se trouve coin Calle Atahualpa et Jacinto Collahuazo, à environ 10 min de marche de la Plaza de Los Ponchos. Ne cherchez pas la billetterie, il n’y en a pas, montez directement à bord du bus (en vous assurant que c’est le bon!). C’est durant le trajet le « cobrador » passera pour vous demander de payer.

Où dormir à Otavalo?

Doña Esther: c’est un charmant petit hôtel dans un bâtiment traditionnel, tout en bois, géré par deux Hollandais, Wendy et Arthur, tombés amoureux de l’Équateur il y a déjà de nombreuses années. Bon wifi partout, le lit est confortable et l’eau chaude ne se fait pas attendre,  il y  un joli patio vert au cœur de l’hôtel qui est petit oasis de fraîcheur. Bon restaurant sur place qui prépare des pizzas au four à bois, et un personnel accueillant qui m’a aidé à organiser mes visites. J’y ai séjourné deux nuits et j’y retournerai sans hésiter!

Combien de jours pour visiter Otavalo?

Comme depuis Quito le trajet ne prend que 2h, plusieurs viennent 1 journée voire 2 jours en passant une nuit sur place. Il faut savoir que la ville en soi est petite et se visite facilement en une demi-journée, mais l’intérêt principal se situe définitivement dans les alentours.

En une journée à Otavalo, je vous recommande de placer les excursions en matinée (ex: Cuicocha+Peguche+Cotacahi), puis en après-midi vous balader entre le Parque Bolivar et la Plaza de Ponchos qui est la grande attraction de la ville.

Où manger à Otavalo?

Árbol de Montalvo: c’est le restaurant de l’Hostal Doña Esther (lire mon expérience au resto et à l’hôtel ici!), situé juste à côté du Parque Bolivar. De bonnes pizzas au four à bois et de bonnes pâtes, avec vue sur un joli patio intérieur.

pizza restaurant otavalo

La Cosecha Coffee: en me perdant 10 fois dans les rues d’Otavalo pour trouver un autre local recommandé par une amie autour de La Plaza de Ponchos, sous la pluie, fatiguée et avec les pieds mouillés (mais pourtant déterminée!), j’ai atterri par hasard devant le local de La Cosecha.

Avec une façade moderne et un logo très « clean » qui contraste avec tout le reste, difficile de résister alors que je cherchais un peu de réconfort : je n’ai pas été déçue! Un local ample, avec un beau grand mobilier en bois et acier, de grandes fenêtres qui donnent sur le marché, pains, muffins, sandwiches, café et des produits artisanaux  à la vente (chocolat, thé, etc.). Je me suis laissée tenter par une bière artisanale équatorienne: La Guapa, une American Pale Ale de Bandido Brewing à 4$. En prime, wifi et prises électriques pour les voyageurs connectés.

la-cosecha-otavalo
La Cosecha à Otavalo
biere-microbrasserie-equateur
La Guapa, de Bandido Brewing

Daily Grind: c’est un comptoir à café situé face au Parque Bolivar. Il est rouge, difficile à manquer! Et il contraste avec l’ambiance traditionnelle des lieux. Sur place, biscuits, muffins, café et bagels. Si vous êtes fan de chocolat c’est aussi l’occasion d’acheter le chocolat Kallari qui travaille en collaboration avec plusieurs familles productrices d’Amazonie.

cafe otavalo
Le café Daily Grind à Otavalo

 Photo d’entête Cedric Z.

Guides de Voyage Équateur

  • Acheter le guide du Routard Équateur sur Amazon.fr
  • Acheter le guide Lonely Planet Équateur sur Amazon.fr

Vous partez en Équateur? À lire également

Visiter Otavalo en Équateur: mon petit guide pratique!
5 (100%) 2 votes

Montréalaise de naissance, je suis passionnée par les voyages, la bonne bouffe et les lamas. À la fois bloggeuse pour Voyage Pérou et journaliste pour La Métropole, un magazine en ligne et une publication mensuelle, je pars constamment à la chasse des meilleurs restaurants et des destinations à découvrir.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Toi aussi tu aimes les lamas?