Expatriation au Mexique: Christophe à Oaxaca

0

Entrepreneur au Mexique: retour d’expérience

Christophe, ancien journaliste à France Inter et ex-producteur de télévision a décidé de quitter Paris pour s’installer à Teotitlan del Valle à Oaxaca, il y a 5 ans, où il est aujourd’hui designer textile pour sa marque, la Maison Gallot. Il nous raconte son expérience d’entreprenariat au Mexique.

Pourquoi avoir décidé de t’installer à Oaxaca ?

J’étais au bout d’un cycle de ma vie, tant d’un point de vue professionnel, familial et personnel, une envie de recommencer à zéro.

Comment ton entourage a-t-il réagi?

C’était une décision intime que j’ai peut être eu du mal à expliquer sur le moment, un besoin de me dégager des ornières dans lesquelles la vie m’avait poussé.

Peu de gens proches m’ont soutenu, de nouveaux amis alors ont émergé,  ça a été le grand ménage dans ma vie et l’occasion de pouvoir enfin vivre en conformité avec les valeurs qui me tenaient à cœur.

La solitude au début a été ma meilleure compagne !

Comment en es-tu arrivé à monter ce projet?

Mes premiers pas au Mexique ont eu lieu dans la ville de Mexico. Je suis parti avec un sac à dos, pas plus, quelques livres, quelques souvenirs, il a fallu tout reconstruire petit à petit, et dormir.

Acheter des draps en coton avec un design basique a été l’une de mes premières galères dans la mégapole. Les Mexicains attachent peut d’importance à leur lit et il était quasi impossible de trouver des draps 100 % coton à prix abordable et avec un design sympa, discret. Il n’y a pas Ikea ici !

Un ami Mexicain m’a conseillé d’aller visiter Oaxaca et de trouver les artisans sur place qui allaient me fabriquer des draps à mon goût, tissé main, et l’idée m’a parue géniale ! J’ai pris le bus pour Oaxaca et c’est comme ça que tout a commencé!

Quels sont les produits que tu proposes?

Arrivé sur place j’ai découvert que les artisans avaient gardés vivant l’art ancestral de teindre les tissus.

J’ai travaillé avec eux pour mettre au point une collection de linge de lit tissée mains et teint avec des couleurs naturelles.

Aujourd’hui il existe plusieurs collections jouant avec le rose de la cochenille, le jaune du pericon (une plante qui pousse ici dans les montagnes), les feuilles de noyer donnent un joli beige et l’indigo une déclinaison de bleus…

La marque que j’ai créé MAISON GALLOT propose principalement du linge de lit, housse de couette, taies d’oreillers, draps simples, draps housses, couvre-lit, couvertures dans toutes les dimensions jusqu’au King size.

Nous avons aussi une collection laine (plaids, coussins ponchos pour le soir) et une collection Spa y Playa (serviettes de bains, peignoirs, chemises de nuit, tapis de bain, poncho de plage).

maison gallot mexique maison gallot oaxaca

collection maison gallot

Quels sont les plus grands défis de s’installer au Mexique?

La langue d’abord ! J’avais étudié l’espagnol langue seconde, mais ça n’a pas suffit.

J’ai été accepté dans un incubateur d’entreprises « pro empleo » que je recommande ici. J’y ai appris les mots de l’entreprise en même temps que se structurait mon projet.

Novice aussi dans les techniques du tissu, j’ai enrichi mon vocabulaire grâce à la patience des artisans avec qui j’ai mis au point mes premiers prototypes.

Au début j’habitais donc la ville de Mexico et je rendais visite tous les mois aux artisans de Oaxaca. J’ai compris très vite qu’il fallait être sur place pour devenir efficace : les traditions zapotèques sont rythmées par de nombreuses fêtes… souvent j’arrivais et rien n’était fait!

Par exemple, nous avons une approche différente des délais de livraison. J’ai compris que c’était à moi de m’adapter !

L’incubateur terminé, j’ai vraiment commencé mon aventure mexicaine en venant vivre à Teotitlan, village renommé pour son art textile. Les artisans sont devenus mes voisins et tout est devenu plus simple. Teotitlan est une communauté zapotèque qui vit hors des lois fédérales mexicaines. Ici se sont les us et coutumes de la communauté qui font loi. Il a fallu me faire adopter par la communauté.

artisan oaxaca artisanat oaxaca mexique

Comment sont les relations avec les Mexicains?

Mexico est une grande ville assez déshumanisée.

J’ai commencé à fréquenter des Français, notamment deux françaises qui se sont retrouvées avec moi dans l’incubateur.

Mais Mexico n’était pas ce que j’étais venu chercher et depuis que j’ai déménagé ici tout est devenu magique. J’ai découvert et participé aux fêtes qui rythment le calendrier, carnaval, mariages, Je me suis fait des amis ici. Je connais les prénoms de mes voisins; ils connaissent ma vie et la respecte !

On salue chaque personne que l’on croise dans les rues du village, tout le monde se connait.

J’ai un profond respect pour la richesse de leurs traditions et cela a été un vrai passeport pour être accepté parmi eux.

Comment c’est, être Français au Mexique?

La plupart du temps ici on me prend pour un Américain ! Dans mon métier, la réputation française pour la mode et la décoration aident beaucoup. Il n’y a pas de désavantage à être Français, bien au contraire !

Qu’aimes tu le plus de Teotitlan?

Son marché chaque matin. Je suis souvent le seul « blanc » à faire mes courses. Il n’y a pas de supermarché à moins de 20km. Tous les produits sont frais et la plupart sont cultivés localement.

J’ai été surpris de pouvoir y acheter mon lait à peine sorti des pis de la vache, de découvrir l’avocat fraîchement cueilli de l’arbre, les citrons, les mangues. Les saisons sont respectées, les tomates sont savoureuses, bien mûres, juteuses. Sans parler de tous les autres fruits jusqu’alors exotiques pour moi. C’est un vrai plaisir de cuisiner et de déguster.

Pas de sac plastique au marché, on y vient avec son propre sac.

Le village est niché à flanc de colline, je sors de chez moi et c’est la nature, les grands espaces. Il y a tout pour être heureux ici !

Pour finir, quels conseils donnerais-tu à ceux qui voudraient venir tenter leur chance au Mexique?

C’est un pays d’opportunités, où les choses sont toujours possibles, même si c’est souvent après que ça se complique.

Il faut faire confiance en un savoir-faire qui n’est pas le même que le nôtre, mais les Mexicains sont très créatifs et s’adaptent toujours à vos demandes…

Le conseil : lâchez prise, décontractez-vous, pas de stress ! Les Mexicains ont choisi le bon côté de la vie !

Merci Christophe!

Pour découvrir son entreprise, rendez vous sur la page Facebook de Maison Gallot et le compte Instagram

Guides de Voyage Mexique

Vous partez au Mexique? À lire également

Tous nos articles sur le Mexique sont ici: Retrouvez tous nos guides sur le Mexique!

Expatriation au Mexique: Christophe à Oaxaca
5 (100%) 3 votes

Fondatrice et éditrice du magazine Voyage Perou, je suis une grande amoureuse de l’Amérique latine que j’explore avec émerveillement, stylo et caméra à la main. Ma motivation? Réunir le maximum d’information, de bons plans et de conseils pratiques pour vous encourager à partir vous aussi à l’aventure!

Laisser un commentaire

CommentLuv badge