J’ai testé: un food tour à Mexico

7

Découvrir les spécialités mexicaines

Mon uber file en zigzag dans les rues de la capitale jusqu’au centre de la ville. Après quelques minutes, il me dit: « on est arrivés au marché Ciudadela, señorita. »

Je jette un regard rapide vers l’entrée, mais je ne vois pas de t-shirt rose d’Estacion Mexico. Ils sont si facilement repérables, ce n’est forcément pas le bon endroit.

« Ne vous en faites pas, on va faire le tour pour voir ».

Effectivement, lorsqu’on arrive rue Balderas, je vois une jeune femme qui attend patiemment avec son ipnad à l’entrée. C’est Victoria, Vicky. Je me souviens de l’avoir brièvement croisée avant le tour de muralisme mexicain que j’ai pris quelques jours auparavant. Aujourd’hui, je l’ai comme guide et pour moi toute seule, encore mieux!

Sans attendre, on file dans les rues jusqu’au marché de San Juan. C’est un des plus fameux marchés de Mexico, réputé d’ailleurs pour ses aliments exotiques…dont une belle variété d’insectes. Je m’attends donc à tout.

Mais on commence en douceur. Le marchand de fruits nous coupe une belle grenade en deux, ainsi que deux tunas (le fruit du cactus), un vert et un rouge, les deux savoureux et gorgés d’eau.

marche-fruits-mexique

On poursuit notre chemin entre les petites allées du marché pour arriver face à un kiosque tenu par deux dames qui s’affairent à mélanger différents ingrédients. Ce sont les fameuses « aguas frescas », des boissons aux fruits dont les Mexicains raffolent tant. Il y a plusieurs choix (fleur d’hibiscus, citron, etc.), mais pour ma part je demande une horchata qui, au Mexique, est faite à base de riz : très bonne!

aguas frescas marche mexico
Aguas frescas

Après deux grosses gorgées, Vicky me dit : « gardes en quand même car tu auras besoin pour la suite ».

On quitte donc les aguas frescas pour arriver face à ce que je redoutais le plus : le rayon des insectes. Soudainement, je trouve que les allées sont étroites et je ne peux m’empêcher de m’éloigner des assiettes où sont posées différentes espèces, comme s’il y avait la moindre possibilité qu’ils me sautent dessus. Je suis particulièrement impressionnée par les scorpions, alignés comme des petits soldats.

scorpion-mexique

Lorsqu’on me tend une assiette, je suis soulagée de voir que le scorpion ne fera pas partie de la fête. Malgré moi, je fais la même tête qu’un enfant qui ne veut pas manger ses légumes.

Il y a trois types d’insectes : les jumiles (des petites punaises), les chapulines (des criquets, les insectes les plus consommés au Mexique) et les hormigas chicatanas (des fourmis ventrues). Il me faut déjà beaucoup de courage pour en prendre un entre mon pouce et mon index, et encore plus pour réussir à le mettre dans ma bouche. C’est croquant. Les jumiles et les chapulines, bien assaisonnés, passent plus facilement. Les fourmis par contre sont plus dodues et goûteuses.

On dit que les insectes sont la « nourriture du futur », qu’ils sont la solution aux grandes problématiques environnementales, économiques et nutritionnelles. En avalant mon dernier morceau, je me dis que de mon côté, Hakuna Matata, ce n’est franchement pas gagné. Je vais avoir besoin de pratique.

insectes marche san juan mexico
Les insectes du Mercado San Juan: jumiles, chapulines, hormigas chicatanas

On sort du Mercado San Juan pour se rendre à une pulqueria non loin. Une « pulqueria » est l’endroit où l’on sert le « pulque », une boisson fermentée à base de maguey dont la consommation remonte à l’époque préhispanique.

C’était alors une boisson réservée exclusivement aux prêtres et aux dirigeants, ou de façon exceptionnelle, pour récompenser un grand effort, comme celui d’un homme revenant de la guerre ou une femme qui venait d’accoucher.

À partir de l’arrivée des Espagnols, sa consommation s’est largement démocratisée. Mais dans les années 20, les autorités encouragèrent la bière au détriment du pulque, qui devint alors considérée comme une boisson « pour les pauvres », et vue même comme peu hygiénique.

Ces dernières années, le pulque a connu un regain de popularité chez les jeunes (et les hipsters). Lorsqu’on entre dans la pulqueria, c’est blindé. Par miracle on trouve deux petits bancs à une table qu’on partage d’un côté avec deux amis -sans doute deux collègues venus prendre une pause-, et de l’autre avec deux jeunes parents et leur bébé. Tout le monde parle et une odeur de fermentation flotte dans l’air. On demande un peu de pulque « classique » qui a une couleur blanche opaque, puis un verre de pulque au céleri et un à la canelle.

pulqueria mexico
La façade de la pulqueria à Mexico
pulque mexique
Le pulque en 3 versions différentes: au céleri, à la canelle et nature

Je suis ensuite Victoria avec son t-shirt rose à travers les rues un peu chaotiques du centre et on s’arrête sur un coin de rue. Une délicieuse odeur émane des tortillas de maïs bleu qui chauffent sur une plaque tandis que s’agitent les mains de deux femmes tentant de servir le plus rapidement possible les passants affamés.

On partagera une quesadilla de huitlacoche, et un tlacoyo farci de frijol et servi avec du nopal (cactus) et fromage frais. Le huitlacoche est en réalité un champignon qui se développe sur le maïs et qui n’est, disons le, pas du tout esthétique avec ses excroissances aux tons grisâtres, mais qui est considéré depuis l’époque préhispanique comme un produit recherché.

street food mexico

huitlacoche mexico
Quesadilla de huitlacoche à gauche et le tlacoyo à droite

Prochain arrêt : un petit local de quartier où l’on goûtera la cochinita pibil servie sur des panuchos. C’est du porc rôti et mariné dans une préparation de rocou (achiote), une spécialité du Yucatan que j’avais déjà goûtée à Mérida. Un panucho est une tortilla frite, farcie de haricots noirs frits. Je mettrai un peu de citron vert, mais éviterai soigneusement les sauces qui semblent toutes bien piquantes. Très savoureux!

cochinita-pibil-mexico
Panucho

Mole nupcial. Oui, nuptial comme dans “noces”. Il tient son nom d’une époque où la coutume voulait que du mole soit servi dans les banquets, et spécialement lors les mariages. Ici, la recette familiale est un vrai succès et se transmet de génération en génération. Paraît- il qu’une partie du secret est qu’ils n’utilisent qu’une sorte de chile (le piment), et le font cuire trois fois.

J’observe le monsieur brasser fièrement son mole dans la grande casserole, préparer le sandwiche (« la torta ») au poulet et en verser généreusement dessus. Quand on me présente l’assiette, je me dis: « impossible de le finir, je suis trop pleine, mais je vais le goûter pour être polie…».

Pourtant, il est si bon qu’en discutant j’ai fini par l’engloutir au complet sans réfléchir.

sandwiche mole mexique
La préparation de la torta
mole mexico
Le sandwiche de poulet et mole

Je pose ma main sur mon ventre en me demandant si je devrais subtilement ouvrir le bouton de mes jeans. « Subtilement », comme si c’était possible. Mais on quitte rapidement vers la prochaine adresse.

En marchant je lui demande, « on va encore manger? »

Elle répond, amusée, « oui mais c’est la dernière bouchée ».

On finit en beauté avec deux grands incontournables mexicains : le taco al pastor et un bon mezcal de qualité, doux en gorge, mais parfait pour digérer.

tacos al pastor mexico
La préparation des tacos al pastor
mezcal mexico
Le mezcal et son citron

Elle m’emmène tout de même à un dernier point. Je la suis, intriguée. On passe la porte d’une boulangerie et je suis percutée par l’odeur sucrée et réconfortante dans l’air. On y trouve toutes sortes de pains, mais je ne connais que les fameuses « conchas » rondes. Vicky m’en pointe plusieurs, comme le pan de muertos et une petite rosca de reyes, qu’elle prendra pour emporter.

conchas mexique
Les différents pains mexicains
La rosca de reyes

Avant de se quitter, elle me le tend, « tiens, tu le mangeras chez toi plus tard ».

Il est encore tiède, je suis presque tentée d’en manger un morceau tout de suite, mais je me contente d’ouvrir le petit sac en papier pour y plonger mon nez. Je pars alors vers mon airbnb faite une petite sieste, une bonne marche de 40 minutes ne me fera pas de mal.

Ce qui est certain, c’est que ce tour –bien rempli et varié- est une intéressante introduction aux spécialités culinaires du Mexique. Je le recommande à tous les gourmands!

Estacion Mexico

Site web / Page Facebook / Instagram

Tour “Sabores de Mexico”

  • Sorties: lundi, mercredi, vendredi à 12h (midi)
  • Point de rendez-vous: Porte 1 du Mercado Ciudadela (rue Balderas), repérez le t-shirt rose!

Où dormir à Mexico?

  • Metro Hostal Boutique (Roma): c’est une auberge au design moderne et coloré situé en plein cœur de la Roma au coin de la jolie plaza Luis Cabrera. Les dortoirs et chambres privées sont propres, bon wifi partout, accès à la cuisine, terrasse sur le toit qui offre une belle vue sur les environs et petit déjeuner inclus. Idéal pour les petits budgets dans le quartier de La Roma. À partir de seulement 8€ en dortoir et 30€ pour une chambre!
  • Casa Colima (Roma): si vous avez un peu plus de budget, voici une belle maison d’hôte située dans un bâtiment de style français du début du 20e siècle, typique du quartier de La Roma. Les chambres sont spacieuses et lumineuses avec un lit douillet et une salle de bain moderne. À partir de seulement 50€ la nuit
  • Boutique Hotel Parque Mexico (Condesa): un hôtel de charme avec beaucoup de personnalité et une ambiance chaleureuse, situé face au Parc Mexico. C’est une très belle option pour les couples qui permet de soigner son budget. Les petits détails font toute la différence ici comme les chambres parfumées aux essences naturelles et le shot de mezcal en arrivant. On y trouve une belle terrasse aménagée sur le toit avec un resto-bar qui accueille des concerts plusieurs fois par semaine. À partir de seulement 67€
  • Hotel Villa Condesa (Condesa): si vous cherchez un hôtel romantique à Mexico, voici un véritable petit oasis de paix au cœur du quartier le plus branché de la ville. C’est une élégante maison où l’on profite avec plaisir des petites terrasses vertes et coins salons décorés avec goût. Les chambres sont spacieuses et moderne, le service est particulièrement attentionné et le petit déjeuner est très bon. À partir de 125€

Guides de Voyage Mexique

Vous partez au Mexique? À lire également

Les meilleurs circuits au Mexique: Notre sélection pour un voyage de rêve sans se ruiner

Tous nos articles sur le Mexique: Retrouvez tous nos guides sur le Mexique!

Vous utilisez Pinterest? Voici l’image à pinner!

mexico-tour-gastronomique

J’ai testé: un food tour à Mexico
5 (100%) 54 votes

Fondatrice et éditrice du magazine Voyage Perou, je suis une grande amoureuse de l’Amérique latine que j’explore avec émerveillement, stylo et caméra à la main. Ma motivation? Réunir le maximum d’information, de bons plans et de conseils pratiques pour vous encourager à partir vous aussi à l’aventure!

Discussion7 commentaires

  1. Sympa les marchés !
    J’avais goûté les scorpions en Chine, c’était vraiment horrible, d’ailleurs, je crois que seuls les touristes en achetaient…
    Par contre, les sauterelles mexicaines et les fourmis colombienne, j’ai plutôt bien aimé 🙂
    On se laissera tenté par le food tour si on passe par le Mexique !

    • oui justement on n’a pas goûté les scorpions, la guide m’a dit qu’elle n’en avait jamais mangé d’ailleurs, ils avaient l’air d’être là pour le show. Les sauterelles, donc les chapulines, sont tjrs croquantes et bien asaisonnées, ça passe assez facilement je trouve ^^
      Le tour était vraiment super en tout cas!

Laisser un commentaire

CommentLuv badge