J’ai testé à Mexico: le tour sur le muralisme mexicain

0

Découvrir le muralisme: Diego Rivera, Orozco et Siqueiros

Je ne connaissais rien du muralisme mexicain. Donc, quand Estacion Mexico m’a proposé une visite guidée du muralisme mexicain dans le centre de la capitale, je me suis ruée sur le bon vieux Wikipédia :

« Le muralisme mexicain est un mouvement artistique qui s’est développé au Mexique au début du 20e siècle. Les trois artistes les plus influents associés à ce mouvement sont Diego RiveraJosé Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros. »

Ah! Bien sûr, Diego Rivera, le mari de Frida Kahlo. Ça va, lui je le connais un peu.

Rendez vous donc face à la magnifique cathédrale. Impossible de manquer le t-shirt rose de Diana, la guide d’aujourd’hui.

1er arrêt: la Secretaria de Educacion Publica

C’est l’institution chargée de l’éducation au Mexique. C’est donc ici qu’on développe les programmes et les différents projets pour tous les niveaux de formation, privés et publics.

Elle fut créée au début des années 20, pour tenter de régler les grands problèmes liés à l’éducation auxquels faisait face le pays. En effet, la révolution mexicaine (1910-1920) qui avait eu lieu pour combattre les inégalités sociales était peut être terminée, mais sur un territoire où se côtoyaient 60 dialectes, 90% de la population était toujours analphabète.

C’est sous la direction de José Vasconcelos (1922 à 1929), mandaté par le président Alvaro Obregon, que fut entamé un vaste projet de diffusion culturelle à travers le Mexique avec un appui particulier aux zones rurales.

Un important programme d’échange éducatif et culturel avec d’autres pays du continent fut également lancé. Vasconcelos appuya également de nombreux artistes et intellectuels, et réussit éventuellement à convaincre certains grands artistes comme Siqueiros, Orozco et Rivera de s’installer dans la capitale et d’ouvrir de nouvelles avenues de pensée et d’expression artistiques.

On voit tout de suite que Diana, notre guide, est passionnée par le sujet. En présentant quelques unes de 120 murales de Diego Rivera qui se trouvent dans le bâtiment, elle nous explique pourquoi elle sont si importantes : on y voit des gens de la campagne et des gens de condition modeste (potiers, fermiers, mineurs, fondeurs, ouvriers, etc) de différentes régions du Mexique.

Si ça semble plutôt anodin aujourd’hui, il n’était pas du tout commun à l’époque de leur offrir cette visibilité. Après des années de dictature, il soulignait l’importance de changer leurs conditions de vie.

Diego Rivera était également fasciné par les traditions. On découvre donc plusieurs œuvres qui les présentent comme les danses, la célébration du Jour des Morts (Dia de Muertos), la Semaine Sainte, la récolte du maïs.

On en apprend également davantage sur l’importance de la place des femmes durant la Révolution mexicaine.

tour muralisme mexico
Diana notre guide

diego-rivera-murale

dia-de-muertos-diego-rivera
Dia de Muertos, de Diego Rivera
secrétariat education publique du mexique
Une des fresque de Diego Rivera au Secrétariat de l’Éducation publique du Mexique
muralisme secretariat education
À gauche, un tisseur. Diego a utilisé un bleu maya.

Diana nous emmène ensuite découvrir le 2e grand artiste du muralisme : on arrive devant une immense fresque (jamais terminée par manque de financement) de David Siqueiros, « Patricios y Patricidas ». Alors que les fresques de Diego Rivera étaient composées de plusieurs couches de peinture, Siqueiros utilisait des techniques et matériaux plus modernes. C’est donc un résultat complètement différent, mais la peinture en plastique craque ce qui rend le tout difficile à restaurer.

david siqueiros secretaria nacional
L’immense murale de David Siqueiros
siqueiros secretaria nacional mexico
L’autre portion de la grande murale de Siqueiros

2e arrêt: Antiguo Colegio San Ildefonso 

On suit le t-shirt rose de Diana à travers les rues pour se rendre au deuxième bâtiment, situé tout proche : le Collège San Ildefonso.

Ce fut une des institutions éducatives les plus importantes de la colonie. Plus tard il devint une école, puis une université. Les lieux accueillirent plusieurs figures intellectuelles importantes, dont Frida Kahlo. C’est d’ailleurs ici qu’elle rencontra pour la première fois Diego Rivera (rien n’arriva, elle était très jeune) qui devait peindre une murale.

Au théâtre Simon Bolivar on peut observer la 1re murale de Diego Rivera, “La Concepcion“. On y voit de nombreux éléments religieux, ce qui est bien loin d’être le cas dans le reste de ses œuvres! Attention les photos sont formellement interdites et le gardien a les yeux bien ouverts. 

Dans le même bâtiment on découvres aussi fresques, réalisées par Siqueiros, mais aussi par Clemente Orozco, le troisième pilier du muralisme et grand favori de la guide. Les trois artistes avaient d’ailleurs des relations et des positions très différentes avec le mouvement révolutionnaire et le pouvoir en place.

colegio-ildefonso
Le Collège de San Ildefonso
college ildefonso mexico
Une des cours du Collège de San Ildefonso
trinidad revolucionaria orozco
La Trinidad Revolucionaria de José Clemente Orozco
cortes-malinche-orozco
Cortés y la Malinche, d’Orozco

3e arrêt: Palacio Nacional

Dernier arrêt de la visite mais non le moindre : le Palais National, le plus important édifice politique du Mexique. C’est ici que se trouve le siège du pouvoir depuis l’empire aztèque alors que le palais de Moctezuma était érigé au même endroit!

C’est aussi ici qu’on trouve la plus grand œuvre de Diego Rivera, « Historia de Mexico », réalisée entre 1929 et 1935. C’est une fresque immense de 276m² qui présente l’histoire du Mexique sur trois murs : la vie préhispanique, la conquête espagnole, la révolution mexicaine, l’invasion américaine et l’invasion française. Diego a pris aussi le soin de présenter sa propre vision du futur pour le Mexique du 20e siècle, avec Karl Marx aux commandes.

On y trouve une multitude de personnages illustres et de nombreux éléments symboliques. Il faut savoir qu’ici, chaque détail a sa raison d’être, car Diego était historien et connaissait très bien l’histoire de son pays. C’est ce qui rend la murale encore plus fascinante!

palacio nacional mexico
À l’intérieur du Palacio nacional
historia-de-mexico-diego-rivera
La murale “La historia de Mexico” de Diego Rivera
diego-rivera-palacio-nacional
La murale “La historia de Mexico” de Diego Rivera
murale-histoire-mexique-diego-rivera
Détails de “La historia de Mexico” de Diego
histoire mexico peinture diego rivera
Détails de “La historia de Mexico” de Diego

Mais bien sûr si cette impressionnante murale est la grande vedette des lieux, il y a tout de même de nombreux autres tableaux magnifiques à voir, comme celui représentant le Marché de Tlaltelco qui regorge de détails : les docteurs, produits préhispaniques, des jouets, etc.

marche-tlatelolco
Le marché Tlatelolco de Diego Rivera
marche-tlatelolco-diego-rivera
Le marché Tlatelolco de Diego Rivera

Si vous êtes amateur de muralisme ou tout simplement curieux d’en apprendre plus sur quelques uns des grands peintres mexicains, je vous recommande sans hésiter la visite guidée. Ce que j’ai trouvé particulièrement intéressant c’est de comprendre l’importance de ces grands noms dans le contexte socio-politique de l’époque, et leur différentes prises de position, bien au delà de leurs caractéristiques en tant qu’artistes.

Estacion Mexico

Site web / Page Facebook / Instagram

Tour “Mexican Muralism”

  • Sorties: mardi, jeudi, dimanche à 10h
  • Point de rendez-vous: face à la porte principale de la cathédrale (Zocalo), repérez le t-shirt rose!

Où dormir à Mexico?

  • Metro Hostal Boutique (Roma): c’est une auberge au design moderne et coloré situé en plein cœur de la Roma au coin de la jolie plaza Luis Cabrera. Les dortoirs et chambres privées sont propres, bon wifi partout, accès à la cuisine, terrasse sur le toit qui offre une belle vue sur les environs et petit déjeuner inclus. Idéal pour les petits budgets dans le quartier de La Roma. À partir de seulement 8€ en dortoir et 30€ pour une chambre!
  • Casa Colima (Roma): si vous avez un peu plus de budget, voici une belle maison d’hôte située dans un bâtiment de style français du début du 20e siècle, typique du quartier de La Roma. Les chambres sont spacieuses et lumineuses avec un lit douillet et une salle de bain moderne. À partir de seulement 50€ la nuit
  • Boutique Hotel Parque Mexico (Condesa): un hôtel de charme avec beaucoup de personnalité et une ambiance chaleureuse, situé face au Parc Mexico. C’est une très belle option pour les couples qui permet de soigner son budget. Les petits détails font toute la différence ici comme les chambres parfumées aux essences naturelles et le shot de mezcal en arrivant. On y trouve une belle terrasse aménagée sur le toit avec un resto-bar qui accueille des concerts plusieurs fois par semaine. À partir de seulement 67€
  • Hotel Villa Condesa (Condesa): si vous cherchez un hôtel romantique à Mexico, voici un véritable petit oasis de paix au cœur du quartier le plus branché de la ville. C’est une élégante maison où l’on profite avec plaisir des petites terrasses vertes et coins salons décorés avec goût. Les chambres sont spacieuses et moderne, le service est particulièrement attentionné et le petit déjeuner est très bon. À partir de 125€

Guides de Voyage Mexique

Vous partez au Mexique? À lire également

Les meilleurs circuits au Mexique: Notre sélection pour un voyage de rêve sans se ruiner

Tous nos articles sur le Mexique: Retrouvez tous nos guides sur le Mexique!

Vous utilisez Pinterest? Voici l’image à pinner!

muralisme mexicain

J’ai testé à Mexico: le tour sur le muralisme mexicain
5 (100%) 26 votes

Fondatrice et éditrice du magazine Voyage Perou, je suis une grande amoureuse de l’Amérique latine que j’explore avec émerveillement, stylo et caméra à la main. Ma motivation? Réunir le maximum d’information, de bons plans et de conseils pratiques pour vous encourager à partir vous aussi à l’aventure!

Laisser un commentaire

CommentLuv badge