Visiter San Juan Chamula, village mystique du Chiapas

4

San Juan Chamula au Mexique

C’est lors d’un tour en bateau à Holbox, un petit paradis du Yucatan, que j’entendais pour la première fois parler de San Juan Chamula.

“Le Chiapas est absolument fantastique, mais il faut surtout que tu ailles au village de San Juan Chamula. L’église est…comment dire? Non, il vaut mieux que je ne te dise rien. Tu verras, il faut y aller avec l’esprit ouvert.”

J’étais au tout début de mon voyage au Mexique alors qu’Eduardo, en était à la fin. On faisait l’itinéraire inverse. Bien sûr, il avait piqué ma curiosité!

Deux mois plus tard, je mettais enfin les pieds au Chiapas et j’étais fermement décidée à visiter San Juan Chamula. Je m’y suis rendue le lendemain de mon arrivée, impatiente de comprendre ce que son église avait de si unique.

Aujourd’hui, en écrivant ces lignes, je me rends bien compte que je n’ai toujours pas bien saisi ce que j’ai vu cette journée-là. Ce qui est certain, c’est que je n’avais jamais assisté à quelque chose de similaire. Il serait vraiment dommage de passer à côté lors d’un séjour à San Cristobal de las Casas car c’est une expérience fascinante!

Voici mon petit guide de San Juan Chamula pour ne rien manquer de ce village empreint de mysticisme:

Qu’est-ce que San Juan Chamula?

C’est un village situé à 10km de San Cristobal de las Casas dans le Chiapas, au Mexique. On y trouve une communauté tzotzil  (maya) dont les membres sont facilement reconnaissables par leurs vêtements traditionnels en laine d’agneau, noirs ou blancs, portés autant par les hommes que les femmes.

san-juan-chamula-vetement
Les vêtements typiques de San Juan Chamula

Ok, mais en quoi San Juan Chamula es si unique?

Ici, la police n’intervient pas, c’est la communauté qui impose ses propres lois de façon très stricte.

En tant que visiteur il est très important de se plier aux règlements. On nous a expliqué qu’il est formellement interdit de prendre des photos ou de filmer à l’intérieur de l’église, et ce au risque de se faire casser la caméra, même agresser physiquement ou emprisonner durant quelques heures.

Autant dire que personne n’ose prendre des photos, et je ne vous recommande vraiment pas de prendre le risque.

Que voir et que faire ?

1. L’église de San Juan Bautista

Avec tout le mystère qui l’entoure, je m’attends à arriver face à une église sobre, mais imposante. Pourtant, tout au contraire, sa façade est colorée, délicate, dans un esprit joyeux qui contraste complètement avec mon idée de ce qui se cache derrière ses portes!

Avant de rentrer, notre guide Ernesto, s’arrête net et nous répète : « s’il vous plaît, rappelez vous qu’il est interdit de prendre des photos. C’est très mal vu par la communauté, il peut avoir des conséquences sérieuses. »

Entendu. On entre.

Entre la faible lumière et la scène étrange qui se déroule devant moi, je ne comprends pas bien ce qui m’entoure. Je reste figée et cligne instinctivement des yeux, comme si hydrater mes globes me permettait d’y voir plus clair.

Ce n’est définitivement pas une église catholique traditionnelle. Non. On trouve ici un syncrétisme religieux surprenant entre éléments catholiques et croyances mayas.

L’air est lourd, rempli par la fumée de la multitude de bougies disposées parterre et sur les autels devant les saints.

Il n’y a pas de bancs, le sol est recouvert d’épines de sapin. Ces épines sont sensées représenter la montagne où ils priaient avant l’arrivée des Espagnols, et qui est toujours considérée comme un lieu sacré.

Des petits groupes sont installés directement sur le sol, à genoux, et prient avec ferveur en langue maya.

Je suis à la fois fascinée et intimidée par ce qui ressemble à une véritable pièce de théâtre et je ne suis pas au bout de mes surprises.

En traversant l’église, je remarque qu’une touriste regarde avec attention un des petits groupes. Je décide de m’approcher.

Au centre, une femme d’un âge avancé tient fermement une poule vivante entre ses mains et effectue un mouvement circulaire en priant. Pas besoin d’être devin pour savoir que cette poule sera bientôt sacrifiée et je n’ai pas envie de traîner pour y assister.

Je poursuis mon chemin. Mais je réalise alors que tous les groupes ont une poule ou un coq. Certains ont déjà été sacrifiés et sont simplement étendus sur le sol. Ceux qui sont encore vivants sont dans les mains d’un guérisseur, ou attendent patiemment leur sort dans une boîte ou un sac. Il y a aussi plusieurs bouteilles de Coca-Cola, de la chicha, du pox (eau de vie du Chiapas) qui accompagnent le rituel.

Après quelques minutes de visite libre dans l’église, on retourne vers le guide qui nous explique ce qu’on vient de voir :

-Il faut bien comprendre que ce n’est pas une communauté isolée donc ils connaissent  le système de santé et peuvent y aller, mais il est très cher et ils voient donc l’église comme une bonne alternative. D’autant plus que selon leurs croyances, on tombe malade car on a mal agit. Mieux vaut donc se diriger vers l’église.

-Ce sont principalement des rituels de guérison, mais les gens viennent aussi pour prier afin de rester en bonne santé.

-Les groupes sont organisés autour d’un  ilol, un guérisseur, qui peut être une femme ou un homme. Il ne faut pas utiliser le terme « chaman » qu’ils trouvent offensant.

-On choisit une poule si la personne à guérir est une femme, un coq si c’est un homme. L’animal va absorber la maladie, il faut donc le tuer pour que la maladie disparaisse complètement. L’ilol va aussi absorber une partie de cette maladie, il a donc besoin d’éructer pour se débarrasser des mauvais esprits (d’où l’importance de la boisson gazeuse).

-La couleur des bougies n’est pas laissée au hasard. Si les bougies sont blanches, c’est que le problème à régler n’est pas très grave, si elles sont de couleurs, il est plus complexe. Les bougies disposées sur les autels face aux saints sont là pour les remercier une fois que le problème a été réglé.

eglise san juan chamula
L’église de San Juan Chamula, sur la place principale du village

san juan chamula chiapas mexique

couleurs san juan chamula
Les détails colorés de l’église

2. Le marché

Bien sûr, le marché est le coeur même de la communauté et il faut s’y promener pour découvrir la vie locale!

Il s’étend de la plaza mayor face à l’église jusqu’à une structure de 2 étages à droite. N’hésitez pas à monter en haut, c’est un peu désordonné, mais c’est assez sympathique avec des petits kiosques de cuisine locale.

Il y a aussi plein de petites tiendas dans les rues adjacentes. On trouve absolument de tout, fruits et légumes, vêtements, artisanats, etc.

marche san juan chamula
Une partie du marché, face à l’église

3. Les ruines de l’église de San Sebastian et son cimetière

L’autre incontournable de San Juan Chamula est son cimetière, face à une église abandonnée.

C’est un lieu particulier, où les tombes n’ont pas de pierres tombales, mais des croix de couleurs qui indiquent qui était le défunt : blanc pour un enfant, vert pour un adulte, noir pour une personne âgée.

cimetiere san juan chamula

Comment visiter San Juan Chamula?

En visite guidée

C’est l’option que j’ai choisie car je voulais être sûre de ne pas manquer les informations précieuses qu’un guide puisse m’offrir sur ce village mystique. Et effectivement ça en valait la peine, je conseille vraiment d’y aller avec guide!

Le tour guidé se fait depuis San Cristobal. Il inclut aussi une visite du village traditionnel de Zinacantan pour découvrir l’artisanat local, goûter au pox et assister à la fabrication de tortillas. Départ à 9h30 et retour 14h30.

Si vous avez déjà vos dates de voyage, vous pouvez réserver la visite de San Juan Chamula et Zinacantan ici avec cette agence sérieuse!

En solo

L’entrée à l’église coûte 20$MXN par personne

Il y a 2 façons de se rendre à San Juan Chamula depuis San Cristobal de las Casas en solo:

  • En transport public: des colectivos font le trajet depuis le marché de San Cristobal jusqu’au Terminal de Colectivos de San Juan Chamula pour 10-15$MXN (environ 40min).
  • En taxi: le trajet devrait coûter autour de 90-100$MXN. Pour le retour, le mieux est de prendre un taxi sur la place principale de San Juan Chamula.

Important pour les voyageurs solo: pour votre sécurité, évitez de vous promener dans des endroits isolés, et rentrez avant la tombée de la nuit. De jour et dans les rues du centre, aucun problème.

Où dormir pour visiter San Juan Chamula?

Le mieux est de trouver un hôtel à San Cristobal de las Casas car il y a un vaste choix d’hébergement et c’est une très jolie ville. Voici mes 3 meilleures recommandations:

  • Posada El Paraiso: un vrai petit havre de paix coloré tout proche du Zocalo. J’ai abusé des photos sur place tant le patio intime m’a paru joli, presque comme un décor de film. Les chambres sont relativement petites, mais les toits sont hauts, avec une petite mezzanine et le lit est confortable. J’ai particulièrement apprécié le fait de pouvoir réserver de nombreuses excursions directement à la réception…et que dire du restaurant! À partir de 40 euros la nuit.
  • Hotel Diego de Mazariegos : l’hôtel est situé dans une grande casona du 18e siècle, qui a conservé son style colonial mexicain avec des chambres aux poutres apparentes, un charmant patio intérieur avec une fontaine, et une décoration classique aux tons chaleureux. Sur place, on trouve deux restaurants et un bar. Wifi et petit déjeuner inclus. À partir de 58 euros la nuit
  • Casa Lum Hotel Eco Chic : de loin le  meilleur hôtel pour un séjour romantique à San Cristobal ! C’est un petit hôtel chic et intime de seulement huit chambres, entre modernité et design traditionnel. Sur place, on trouve un très bon restaurant, une terrasse avec vue panoramique sur la ville et un jardin. À seulement deux pas de tous les principaux attraits, c’est l’endroit parfait pour les amoureux mais faites vite car les chambres s’envolent vite! À partir de 80 euros la nuit

Guides de Voyage Mexique

Vous partez au Mexique? À lire également

Tous nos articles sur le Mexique sont ici: Retrouvez tous nos guides sur le Mexique!

 

Vous utilisez Pinterest? Voici l’image à pinner!

que-faire-a-san-juan-chamula

 

Visiter San Juan Chamula, village mystique du Chiapas
5 (100%) 2 votes

Fondatrice et éditrice du magazine Voyage Perou, je suis une grande amoureuse de l’Amérique latine que j’explore avec émerveillement, stylo et caméra à la main. Ma motivation? Réunir le maximum d’information, de bons plans et de conseils pratiques pour vous encourager à partir vous aussi à l’aventure!

Discussion4 commentaires

  1. Madeleine Huet

    J’adore! Des endroits et des visites surprenantes, mais quand nous visitons des pays exotiques, c’est justement ce que l’on veut voir, Merci pour ce magnifique guide.

    • Salut Pierre
      Effectivement ce n’est pas très bien vu de prendre les communautés locales en photo. Finalement c’est une question de respect 🙂

Laisser un commentaire

CommentLuv badge