Coup de cœur à Lima: Restaurant Don Fernando

5

Un incontournable pour les fruits de mer

Quand on a la chance de partager un repas avec un blogueur bouffe -et qui plus est, en voyage au Pérou– forcément on se délecte d’avance des belles découvertes qu’on va faire. C’est donc avec un grand sourire et les papilles prêtes à l’attaque que j’arrive au restaurant Don Fernando.

C’est Renzo Flores, le blogueur derrière El Vicio de Comer -un des plus importants blogs bouffe du Pérou- qui me reçoit à l’entrée avec un sourire. Chemise propre, dents blanches, lunettes délicates, je sens déjà qu’il sera méticuleux dans sa dégustation. J’aime toujours découvrir les visages derrière les blogs, surtout que le sien reste caché du grand public. De quoi se sentir VIP!

Il a commencé ce blog  il y a déjà 6 ans, avant que la grande vague de blogs n’envahisse nos écrans. C’est plutôt impressionnant, considérant que même aujourd’hui à Lima, les blogs “bouffe” ou simplement “art de vivre” en général sont loin d’être aussi répandus qu’à Montréal, où ils ne se comptent plus. Autant dire que Renzo est une sacrée référence en matière de restos.

On est chez Don Fernando, un restaurant qui du haut de ses 22 ans a réussi à se démarquer grâce à sa cuisine authentique. C’est lui, bien sûr, qui a choisi le resto et comble de mon plaisir, il est situé à Jesus Maria, à l’extérieur des éternels quartiers de Miraflores et Barranco. Dire que je n’aime pas ces quartiers serait hypocrite, car j’y suis tout le temps, mais je suis heureuse d’avoir une bonne raison de visiter un autre coin, qui n’est absolument pas touristique!

On s’installe dans la terrasse arrière. Coloré, plantes au mur, bambou et vignes, l’espace est vraiment sympathique et inattendu. Arrive Fernando Arturo, un des deux frères propriétaires-chefs-gourous des lieux. Accompagné de son grand sourire terriblement contagieux et  ses yeux rieurs, il s’arrête aux tables, rigole avec les clients, prend le temps de parler de ses produits. C’est un vrai plaisir de l’observer car dans un monde idéal, on aimerait que tous les chefs soient comme ca. On peut bien rêver!

On commence par des cocktails frais: deux chilcanos, un en version classique et l’autre préparé avec le raisin de la vigne qui recouvre la terrasse. Avec pisco, ginger ale et lime, ils sont rafraîchissants et juste assez sucrés pour être dangereusement traîtres.

voyage perou chilcano

On commence par les medallones de lenguado, des fines tranches de sole frais, sur un lit d’huile d’olive, avec oignons, sel et aji. La chair du poisson est tendre, l’huile au goût délicat, vient adoucir le côté piquant du piment. C’est une très bonne entrée en matière.

voyage perou restaurant don fernando

Je souris en voyant la petite bouche de Renzo s’agiter de bonheur lorsqu’il déguste la première bouchée. Il me dit “je fais ça vraiment par passion, je veux faire vivre une expérience aux lecteurs. Bien sûr, le goût est très personnel, mais j’aime porter une attention particulière à des détails comme le respect du produit, sa préparation et le service”. Voilà ce que j’aime, il le fait par amour de la bouffe, pas pour les paillettes.

On continue avec le muchame. Si normalement il est préparé à base de pieuvre, on nous le présente également avec du thon – préparé de la même façon qu’un jambon ibérique ce qui lui donne un côté fumé et salé assez marqué- qu’on nous sert, avec avocat et tomate, à manger sur un biscuit soda. Attention, il y a un ordre bien précis à respecter: tomate, pieuvre ou thon, puis avocat. Sinon, c’est péché.

voyage perou muchame

On poursuit avec les almejas vivas en limon, les palourdes vivantes dans du citron. Bien sûr, comme elles sont vivantes, lorsqu’on sert le jus de citron, elles gigotent. D’habitude, je ne suis pas très fan de ce genre de produits, mais celles ci sont particulièrement fraîches.

voyage perou almejas

Renzo me dit qu’il faut absolument goûter les oursins. Arrive donc le tiradito, avec oursins et ojo de uva, un poisson typique de la région Pacifique entre le Pérou et le Chili, sur une sauce d’aji amarillo, un piment très répandu au Pérou. Les oursins sont si tendres qu’ils se défont en bouche, presque comme une crème.

 

voyage perou tiradito

Les plats se succèdent, je n’en finis plus d’être surprise de la fraîcheur des aliments et la délicatesse des plats. Si je suis toujours curieuse de goûter aux nouveaux produits qu’on nous présente, mon estomac, lui, semble avoir presque atteint sa capacité maximale. Mais ce qu’il ne sait pas encore, c’est qu’il n’aura aucun contrôle sur moi avec le plat qui suit.

On nous sert, comme dernier plat principal, les mariscos al pil pil. Le plat grésille et dégage une délicieuse odeur d’ail enveloppante. Sans y avoir goûté, j’ai déjà l’impression que mes pupilles se sont dilatées, comme un chat prêt à l’attaque. Pieuvre, calmar, pétoncles, crevettes, présentés avec aji panca, le tout est terriblement savoureux. C’est une vraie révélation qui restera certainement comme une de mes meilleures expériences gastronomiques au Pérou.

voyage perou mariscos

Un bon repas doit se terminer par un dessert, surtout lorsqu’on est avec Renzo qui a la dent sucrée. On attaque donc les figues confites – cueillies dans la terrasse – avec une quenelle de manjar blanco (dulce de leche). La bouchée est bien moins sucrée qu’on pourrait le croire et la texture légèrement cristallisée du dulce de leche est très agréable. Renzo devra se charger du flan sans moi, car j’ai atteint mon point de non retour. Je le regarde le dévorer avec étonnement. Il faudra qu’il me dise comment il fait pour avoir une telle capacité d’ingestion et surtout où il stock le tout!

voyage perou figues


Je suis heureuse comme pas deux, mais je commence à avoir vraiment chaud, partagée entre le désir de faire une sieste ou marcher pour digérer cette orgie de bouffe. On termine tout de même par la crème glacée maison “pour faire passer le repas”, l’excuse de glouton.  Les saveurs sont originales et particulièrement estivales. On commence par celle avocat, épinard et tuna verde (le fruit du cactus) qui a un côté à la fois très rafraîchissant et enveloppant. L’autre, tuna, fraise et betterave, est tout aussi bonne.

voyage perou dessert

 

Le top 3 des restaurants à Lima

Les restos ne manquent pas à Lima, et de très bons en plus. Comme je ne sais plus trop où regarder-et sachant bien que plusieurs réputations sont forcément surfaites- je décide de demander à Renzo son top 3 des restos à Lima (meilleur rapport qualité/prix, etc).

À vos crayons, voyageurs gourmands! Voilà ce qu’il ne faut pas manquer lors d’un voyage au Pérou:

El Titi (Avenida Javier Prado Este, 1212, San Isidro): c’est un restaurant “chaufa”, c’est à dire de fusion sino-péruvienne, un style très populaire au Pérou. Site Web

La Locanda (Avenida Santo Toribio 173-Via Central 150, Centro Empresarial Real, San Isidro): c’est un restaurant gourmet du Swissôtel de Lima. Renzo est si fan qu’il y a dédié environ 10% de tout son blog. Son incontournable: les canelones de brasato.  Site Web

Don Fernando (General Garzon, 1788 , Jesus Maria): amateurs de fruits de mer, c’est l’incontournable pour vivre une expérience gastronomique authentique au Pérou.

Ce restaurant est vraiment parmi les meilleurs que j’ai essayés. C’est une réussite, autant pour le service que la qualité des produits, et même l’ambiance. Allez y sans hésiter.

D’ailleurs, je vous invite à découvrir El Vicio de Comer, c’est une vraie mine d’information: Le blog  et  La page Facebook.

Merci infiniment, Renzo.

 

Restaurant Don Fernando

General Garzon, 1788, Jesus Maria, Lima

www.donfernando.com.pe

Coup de cœur à Lima: Restaurant Don Fernando
5 (100%) 1 vote

Montréalaise de naissance, je suis passionnée par les voyages, la bonne bouffe et les lamas. À la fois bloggeuse pour Voyage Pérou et journaliste pour La Métropole, un magazine en ligne et une publication mensuelle, je pars constamment à la chasse des meilleurs restaurants et des destinations à découvrir.

Discussion5 commentaires

  1. Je viens de découvrir cet article.
    J’ai une amie, mariée à un ami espagnol qui est du Pérou. Ils feront un voyage au Pérou à Noël et ils nous ont invités à ma femme et mon. Grâce à votre article j’ai décidé des restaurants à se rendre. Je ne savais pas l’existence de la pata negra au Pérou. J’imagine qu’il sera importé d’Espagne.

    Un grand merci Vanessa pour partager.

    Cdt,

    Sylvie

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Toi aussi tu aimes les lamas?